PARTAGER

Le gouvernement Benkirane s’apprête à être allégé avant la fin de son mandat, de 11 membres et non des moindres pour éviter de se retrouver en porte à faux avec la loi et le règlement du parlement.

L’équipe gouvernementale qui ne se charge plus que d’expédier les affaires courantes en attendant la formation de celle qui est appelée à lui succéder, devrait en conséquence être réduite à sa plus simple expression afin de respecter la constitution, qui interdit à tout ministre de continuer à exercer sa fonction s’il a entamé un mandat de parlementaire pour éviter un cumul, ce qui est le cas des 11 ministres concernés.

Le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane devrait le faire également puisqu’il a remporté un siège de député mais il semblerait qu’il aurait déjà cédé son siège à son suppléant dans la circonscription de Salé.

Figurent parmi les 11 ministres concernés, celui de l’enseignement supérieur Daoudi, de la communication, El Khalfi, du budget El yazami et des relations avec le parlement El Omary ainsi que celui de l’équipement Rebbah, sans oublier Boulif de la logistique et Amara de l’énergie. A cette ossature du PJD, il faut ajouter, Moubdie du MP et Haddad de l’Istiqlal ainsi que Mnarka Bouaida et Mohammed Abbou du RNI.

Cette démission collective devrait inciter benkirane à accèlérer le rythme de ses tractations pour mettre sur pied le nouvel exécutif.

Par Jalil Nouri

Commentaires