PARTAGER

C’est un fait divers peu commun qui vient de mettre la discrète ville de Sidi Kacem au devant de l’actualité de ces derniers jours avec un emballement médiatique qui n’est pas prêt de s’estomper. Car cette affaire de viol d’une ânesse par 14 jeunes hommes des alentours de cette ville connait des développements inattendus et graves au niveau sanitaire, alors qu’elle trouve des échos à travers le monde en raison des relais des associations puissantes de protection des animaux. Si l’on a plus de nouvelles de l’ânesse victime de viol en groupe, le cas des adolescents ne prête guère à l’optimisme. Après leur acte impensable, cruel et barbare, les 14 violeurs ont commencé à affluer un par un à l’hôpital de Sidi Kacem où ils ont été pris en charge mais tenus à l’écart des autres malades pour une raison bien simple : l’ânesse était atteinte de rage et a contaminé tous ses violeurs. Le pire reste à venir car l’hôpital de la ville ne dispose pas du traitement nécessaire à leur guérison et il n’existe nulle par ailleurs dans tout le Maroc non plus. Tous les services d’hygiène du pays sont aux abois pour trouver une solution l’antidote et sauver les adolescentes d’une mort certaine et le reste de la population d’une contamination. Les ruades incessantes de l’ânesse ne les avaient pas dissuader de leur acte.

Commentaires