PARTAGER

Plusieurs fusillades ont eu lieu dans la banlieue de la ville dans la nuit de jeudi à vendredi, sans que l’on sache si elles étaient l’oeuvre de la même organisation. Certaines armes utilisées pourraient appartenir à la police.

Dix-neuf morts, sept blessés, dans une série de fusillades qui a frappé plusieurs villes de la grande banlieue de la ville de Sao Paulo, au Brésil. C’est un bilan provisoire. Plus tôt dans la journée, la presse brésilienne a rapporté que 23 personnes avaient été abattues en à peine deux heures et demie. Dix endroits différents ont été ciblés. Les attaques ont commencé à 20h30 dans un bar d’Osasco et ont continué dans la ville voisine de Barueri, selon le média brésilien Globo.

Des douilles d’armes appartenant à la police

Globo News retransmet des images de caméras de sécurité où l’on voit un groupe cagoulé et armé entrer dans un bar et obliger les clients à lever les mains en l’air avant de les fusiller à bout portant. Avant de le tuer, les agresseurs leur demandaient s’ils avaient des antécédents criminels, selon Globo. D’après les douilles retrouvées sur place, certaines des armes utilisées appartiennent à la police. Comme un policier et un garde civil ont été tués il y a quelques jours dans ces localités, la thèse de représailles des forces de l’ordre est évoquée par les représentants de l’Etat eux mêmes.

Le secrétariat à la Sécurité a indiqué à l’AFP que ces attaques, bien que « inhabituelles » n’étaient pas coordonnées à sa connaissance. Interrogé sur la possibilité selon laquelle il s’agirait de représailles, le maire d’Osasco, Jorge Lapas, a déclaré à Globo: « Nous avons vu les vidéos qui renforcent cette thèse. Nous voulons prendre des mesures pour éviter que la situation empire au cours des prochains jours ».

Commentaires