1ère BOUGIE POUR LE GOUVERNEMENT BENKIRANE

1ère BOUGIE POUR LE GOUVERNEMENT BENKIRANE

338
0
PARTAGER

Benkirane et les ministres de son parti dont c’est la première expérience à la fonction vont mettre du temps à se mettre dans le bain ce qui va handicaper ce gouvernement dès sa prise de fonction. De plus et à peine installé, le premier ministre va essuyer une salve de critiques pour n’avoir nommé qu’une seule femme dans cette équipe pour qui une feuille de route et une méthodologie ainsi qu’un code de bonne conduite ont été imposés dès le départ.

 

L’opinion publique, en vertu du programme électoral sur lequel le PJD avait gagné les élections législatives de novembre 2011, s’attendait à l’adoption de  mesures de fond très rapidement , surtout au niveau social, à une moralisation de la vie publique, et à l’effacement du passif des gouvernements précédents sur lesquels l’actuel chef de gouvernement tirait à boulets rouges du temps où il incarnait l’opposition.

Un an après et quelques mesures cosmétiques plus tard, l’on peut dire que le gouvernement se cherche toujours, qu’il lui reste une montagne de lois organiques à faire passer pour la pleine application de la nouvelle constitution et qu’il est loin d’être à l’abri d’éventuelles perturbations venant de la part même de ses alliés. Et pour cause, il devra gérer en premier lieu la demande officielle d’un remaniement ministériel de la part de Hamid Chabat, le nouveau leader du parti de l’Istiqlal qui se fait un point d’honneur à l’obtenir conformémemnt aux promesses faites à ceux qui l’ont aidé à décrocher la présidence de sa formation.

L’autre menace est constitué des tensions sociales souterraines qui risquent d’exploser à la face de Benkirane surtout qu’après la hausse des prix des carburants appliquée six mois après son arrivée, subsiste la redoutable et très dangereuse même éventualité liée au projet de suppression de la caisse de compensation qui a toujours permis de garder le couvercle sur la marmite bouillonnante des révoltes populaires. Benkirane, reconnait un an après son arrivée que sa tâche n’a pas été de tout repos, parions qu’elle le sera encore moins durant les prochains mois. Pour le reste et en guise de réformes promises les marocains n’ont eu droit jusqu’à présent qu’à des effets d’annonce sans lendemain et qu’à des mesures populistes comme la liste des agréements de transport et de l’exploitation des carrières de sables, geste qui reste loin de constituer un vrai préalable à une lutte contre l’économie de rente et les abus.

C’est donc sur un bilan très terne que le gouvernement Benkirane souffle sa première bougie.Les premiers signes de déception sont déjà là et le PJD qui a promis tant de choses doit déjà tirer les leçons de son incapacité à répondre aux attentes des citoyens, lui qui voit, jour après jour, sa côte de popularité sombrer.

Actu-maroc.com ________________________

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires