21 AOUT, une date porteuse de symboles et d’espoirs

21 AOUT, une date porteuse de symboles et d’espoirs

487
0
PARTAGER

Sans attendre de tels dates pour exprimer à son tour ses sentiments envers son peuple, lui détailler les nobles projets de société qu’il nourrit pour tous les marocains, le Roi Mohammed VI réfléchi et agit au quotidien, inlassablement et avec patience pour mener à bon port tous les chantiers ouverts sous son règne. A ce titre, le Maroc est devenu lui-même et à tous les niveaux un méga chantier à ciel ouvert: réformes en série et en profondeur, infrastructures grandioses du nord au sud et d’est en ouest, mise à niveau de l’économie, accord imminent d’association historique avec l’Europe, défrichage et entrée remarquée du Maroc dans le monde du développement durable et des énergies renouvelables, reprise en main des secteurs du sport et de la jeunesse pour un véritable décollage et une nouvelle image, lutte contre la pauvreté et le chômage, introduction de nouveaux modes de gouvernance et de concepts d’autorité…la liste est déjà longue, elle paraitrait à la limite irréalisable tellement la tâche est lourde , urgente, tellement les enjeux sont importants.

 

Pourtant, le peuple marocain est en droit de savoir et il le sait que cela a un coût. Financier certes, mais également humain et social. Ces efforts remarquables du Roi Mohammad VI resteront vains si la nation, dans ses quelques franges individualistes dans une extrême et abandonnées sur les rives de la misère et la pauvreté dans une autre extrême, ne se rejoignent pas sur le même quai pour prendre le même train du progrès et la prospérité pour tous.

Il n’est pas un jour en effet que l’on ne relève avec amertume comme dans un mauvais songe ces deux tâches noires qui minent les fondements de notre société et hypothèquent l’avenir des générations futures à savoir  la fuite des cerveaux et des capitaux pour les uns et l’exil chimérique pour les autres vers un eldorado incertain.

Le Maroc de Mohammed VI se fera sans eux peut être mais ce sera vraiment dommage tellement le pays a besoin de tous ces enfants pour se développer. En attendant, l’œuvre du souverain s’inscrit et s’écrit d’une encre indélébile, jour après jour, anniversaire après anniversaire, commémoration après commémoration. Le constat est là : le Maroc avance, à petits pas certes mais ne recule pas. La bataille des chiffres sur la pauvreté ou le développement humain qui fait rage entre experts objectifs et apprentis-sorciers ne doit pas nous faire occulter les fruits de la politique volontariste du souverain pour sortir son pays du sous-développement et réduire les écarts entre trop riches et trop pauvres qui ternissent notre image à l’international.

C’est d’un combat continu, étalé sur une longue durée qui est actuellement menée devant nos yeux. Bien malveillants resteront ceux qui parlent sournoisement tantôt de saupoudrage, tantôt de petites lueurs d’espoir dans un abîme de frustrations ou encore de simple effet d’annonce si ce n’est de la poudre aux yeux des alliés occidentaux et des bailleurs de fonds.

Le Maroc, vu sous l’angle aujourd’hui de la dynamique insufflée par le Roi Mohammed VI est bel et bien à la croisée des chemins. A nous d’y croire et de participer à l’édification ou la refondation d’un nouveau Maroc attaché à ses sacralités, ses institutions et ses traditions multiséculaires. A nous de nous dépasser dans l’effort et la solidarité. A nous de prendre part à ce grand projet de règne : LE NOUVEAU DEPART DU MAROC   

Jalil Nouri

Commentaires