Autriche: les mosquées font polémique

Autriche: les mosquées font polémique

540
0
PARTAGER

« C’est mon souhait pour l’avenir », a-t-il dit. « Sur le long terme, nous ne pouvons pas empêcher les gens d’exercer (leur droit) à une véritable liberté religieuse, qui est protégé par la constitution », a-t-il ajouté. Ce qui implique pour les musulmans, non seulement une salle de prière, mais aussi une mosquée dotée d’un minaret, a expliqué Shakfeh. La hauteur des minarets pourrait faire l’objet de négociations et les hauts-parleurs pour l’appel à la prière ne sont pas obligatoires, a-t-il souligné.

Cet appel a aussitôt suscité des réactions hostiles de l’extrême droite, dont le principal parti, le FPÖ, a appelé à une « interdiction de l’immigration en provenance des pays musulmans ». Le FPÖ a qualifié les mosquées de « foyers de l’islam radical ». L’Alliance pour l’avenir de l’Autriche (BZÖ), une autre formation d’extrême droite, s’est prononcée pour une interdiction des mosquées et des minarets dans toutes les provinces autrichiennes, affirmant que ces lieux de culte représentaient « des cellules de résistance pour une société parallèle inhumaine et hostile à la démocratie ».

Le député social-démocrate (SPÖ) Omar Al Rawi, qui est également le responsable de l’intégration au sein du IGGiÖ, a accusé les dirigeants de l’extrême droite d’attiser « la haine », estimant qu’ils devraient « s’excuser pour ces dérapages ». Connu pour ses positions anti-immigration, le FPÖ a souvent fait campagne en s’appuyant sur des slogans comme « l’Occident entre des mains chrétiennes ».

Selon de récentes estimations, un demi-million de musulmans résident en Autriche, sur une population totale de quelque 8,3 millions d’habitants.

 

Commentaires