Centrale iranienne de Bouchehr: le Koweït craint des fuites nucléaires

Centrale iranienne de Bouchehr: le Koweït craint des fuites nucléaires

368
0
PARTAGER

Plusieurs parlementaires koweïtiens avaient appelé la semaine dernière le gouvernement à prendre des mesures de précaution pour parer à tout incident après la mise en service de cette centrale.
A Téhéran, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Ramin Mehmanparast a affirmé mardi que la centrale de Bouchehr respectait des « niveaux élevés » de protection qui ont été approuvés par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

« En raison de niveaux élevés de protection appliqués à la centrale nucléaire de Bouchehr, il ne devrait y avoir aucune inquiétude à son propos », a-t-il dit. « L’Agence internationale de l’énergie atomique a approuvé les mesures de protection de la centrale de Bouchehr », a-t-il dit lors d’une conférence de presse.

Les opérations de chargement du combustible dans le réacteur de la centrale construite avec l’aide de la Russie ont commencé samedi, marquant le passage officiel de Bouchehr au stade d’installation nucléaire.

Le lancement de Bouchehr intervient alors que la République islamique est sous le coup depuis 2006 de sanctions internationales après plusieurs condamnations de son programme nucléaire par le Conseil de sécurité de l’ONU qui soupçonne Téhéran, malgré ses dénégations, de chercher à se doter de l’arme atomique.                                                                                                                                    Selon les médias koweïtiens, un responsable iranien est attendu ces prochains jours dans l’émirat où il pourrait évoquer la question de Bouchehr.

Le Premier ministre du Qatar, cheikh Hamad ben Jassem al-Thani, avait effectué une courte visite lundi soir à Koweït au cours de laquelle il avait informé l’émir, cheikh Sabah al Ahmad al Sabah, des résultats de ses récents entretiens à Téhéran avec le président Mahmoud Ahmadinejad.

Le lancement de la centrale « est une question intérieure iranienne (…) s’il s’agit d’une centrale à usage civil, comme l’affirment les informations en notre possession, il s’agit d’un droit légitime de l’Iran conformément à la loi internationale », avait-il dit.

AFP

Commentaires