Le père d’un imam accuse les Etats-Unis

Le père d’un imam accuse les Etats-Unis

388
0
PARTAGER

L’administration américaine a placé en avril Anwar al-Aulaqi, soupçonné d’activités terroristes, sur la liste de personnes à assassiner.
« Si Anwar a fait quelque chose de mal, il devrait être poursuivi en justice et non ciblé par un drone », a déclaré depuis Sanaa, Nasser al-Aulaqi, un professeur d’université et un politicien modéré au Yémen.

M. al-Aulaqi a également indiqué travailler avec des avocats yéménites et américains afin qu’un tribunal fédéral empêche l’administration américaine et la CIA d’éliminer son fils sans qu’il soit jugé.
Début août, il avait déjà demandé à des associations américaines de déposer plainte contre le gouvernement américain et la CIA.
« Ce que le gouvernement américain est en train de faire va à l’encontre de la Constitution américaine », a-t-il déclaré.

Né dans l’Etat du Nouveau Mexique, Anwar al-Aulaqi, 39 ans, est connu pour avoir entretenu une correspondance avec le commandant américain Nidal Hassan accusé d’avoir tiré en novembre 2009 sur des soldats à la base de Fort Hood (Texas), faisant 13 morts.
Il a également été mis en cause dans l’attentat raté commis par le Nigérian Umar Farouk Abdulmutallab dans un avion américain le 25 décembre 2009 juste avant son atterrissage aux Etats-Unis.

En avril, l’administration américaine a donné son feu vert à l’élimination de l’imam, après que les services de renseignement ont affirmé qu’il ne se contentait plus de soutenir le terrorisme mais y participait directement.
Mi-juillet, elle a annoncé le gel de ses avoirs et interdit à tout ressortissant américain d’entrer en contact avec lui.

 

Commentaires