Soutien aux sinistrés : 3000 dhs/ha pour l’arrachage et 15.000 dhs/ha pour...

Soutien aux sinistrés : 3000 dhs/ha pour l’arrachage et 15.000 dhs/ha pour des plantations de substitution

390
0
PARTAGER

En effet, malgré les mesures draconiennes prises par le ministère de tutelle pour lutter contre la propagation de la maladie du feu bactérien qui a touché plusieurs vergers dans la région de Meknès-Tafilalet, la dangereuse maladie semble progresser inexorablement créant une vraie psychose parmi les arboriculteurs… En mars 2010, la province d’Ifrane a connu le triste sort d’une apparition fulgurante de la bactériologie. La superficie atteinte avoisine les 3000 hectares des rosacés à pépin (Poirier, pommier …). Cinq communes de la province d’Ifrane sont touchées par la maladie, plusieurs  arboriculteurs ont constaté les symptômes de l’apparition du feu bactérien. On craignait à l’époque une extension de la maladie vers Midelt, zone de production très importante du pommier. Dieu merci, cette jeune province est toujours, pour le moment épargnée. Ces mesures renforcent le dispositif de lutte pour contrecarrer toute propagation.

 

Notons que Meknès a été déclarée «zone en quarantaine» pour la campagne agricole 2007-2008 en vertu d’un arrêté gubernatorial émanant des autorités locales suite à l’apparition du feu bactérien. La province d’El Hajeb avait à son tour promulgué le même arrêté vu l’apparition pour la première fois du feu bactérien (Erwinia amylovora) dans certains vergers de rosacées à pépins dans certaines communes rurales et l’importance des dégâts de cette bactériologie dans les vergers infestés.

«L’apparition et la propagation fulgurante de la maladie serait de nature à compromettre la production arboricole de toute la région, surtout que maintenant c’est la jeune province de Midelt, connu par sa production en arboriculture, qui serait menacée. En prenant en considération la nécessité d’éradiquer complètement et surtout d’éviter l’extension de cette bactérie dans d’autres régions de production de rosacées à pépins du Royaume, les mesures prises par le gouvernement actuellement et le soutien apporté aux agriculteurs sinistrés, sont de nature à lutter efficacement pour arrêter la propagation, voire éradiquer complètement cette maladie, nous ne pouvons donc que nous réjouir de cette décision gouvernementale à la fois courageuse et adéquate» nous a déclaré M. Abdellah Ghaouti, président de la chambre d’agriculture de Meknès-Tafilalet (CAMETA).

Tous les spécialistes confirment que le feu bactérien constitue une menace réelle sur l’arboriculture notamment le poirier, le pommier, le cognassier, et le néflier nécessitant une mobilisation générale pour lutter contre ce «vrai fléau». Une stratégie à trois niveaux: prévenir, éradiquer et endiguer la contamination était donc plus que nécessaire.

Le service de la protection des végétaux à Meknès avait souligné que la maladie du Feu bactérien des Rosacées à pépins, causée par la bactérie Erwiniya amylovora, a été détectée pour la première fois au Maroc en 2006, dans un verger de poirier situé à la commune rurale de Ain Orma à Meknès.  En 2007, cinq autres foyers de la maladie ont été détectés dans des vergers de poirier situés dans les communes de Dar Oum Soltane et Ait Ouallal. La maladie avait touchée par le suite d’autres provinces : El Hajeb, Sefrou et Ifrane.

Hassan BENMAHMOUD

 

Commentaires