LE DEGRE ZERO DU BON SENS

LE DEGRE ZERO DU BON SENS

387
0
PARTAGER

On aurait souhaité évoquer le souvenir de ce drame gigantesque en mettant en exergue les leçons que la communauté internationale pourrait en avoir tirées, souscrivant  à l’adage selon lequel tout malheur pourrait engendrer quelque chose de bon, nous aurions souhaité faire l’inventaire de tout  ce qui aurait été entrepris pour éviter que de tels cataclysmes se reproduisent . Les guerres préventives ou ponctuelles  ne constitueront jamais le remède idéal. Une réflexion à l’échelle de toute la planète s’imposait.

Des rencontres, colloques, séminaires ont été organisés pour à la fois essayer de comprendre et de proposer les conduites à tenir. Cette démarche était le meilleur gage d’une coopération efficiente en matière de lutte contre le terrorisme et on doit faire l’éloge de toutes les bonnes volontés qui se sont associées à ce diagnostic et qui ont proposé des solutions.

Il joue avec le feu…

Or, on apprend qu’en Floride, un hurluberlu répondant au nom de Terry Jones, homme d’église présumé, révérend irrévérencieux des us du savoir-vivre le plus élémentaires, s’apprête à célébrer l’événement à sa manière : procéder à un autodafé comme on le faisait à l’époque moyenâgeuse. Et , comble de la provocation et de l’obscurantisme, c’est proprement le Saint Coran (the holly koran, disent-ils, là bas) qu’il entend à bruler en grande pompe avec la complicité d’un certain nombre d’acolytes.

Le tollé suscité par une initiative aussi saugrenu et néanmoins suicidaire est tel que histrion habillé en prêtre a quand même réussi un exploit : Terry Jones, entre la réprobation unanime et une condamnation universelle, a provoqué une onde de choc qui dessert la ‘’cause’’ qu’il voulait  défendre et mobilise un gigantesque élan de solidarité avec l’Islam et les musulmans. Tous contre un – un contre tous.

Aurait-il voulu donner la preuve de son aveuglement et de sa volonté de marquer contre son camp que le pyromane de Floride ne s’y serait pas pris autrement. Effet boomerang garanti.
Mais quelle que soit l’issue aussi  de ces velléités anachroniques que pernicieuses le mal est fait et il faudra longtemps aux USA pour combler le fossé que Terry Jones vient de creuser. Et ni le monde, ni encore moins, les Américains n’avaient besoin de ça. Avec son degré Zero du bon sens, le plus élémentaire et son nouveau statut de super star de la provocation suicidaire, Terry Jones persistera-t-il à finaliser son sinistre projet ?

Quelle que soit l’issue de ce rêve démoniaque et irrationnel, le mal  est déjà fait et il faudra aussi bien aux Américains qu’à leurs amis beaucoup de temps et de patience pour refermer la blessure.

Nous osons espérer, malgré tout, que la commémoration du 11 septembre qui concerne la communauté internationale tout entière se déroulera comme par le passé dans la sérénité, la piété, le recueillement que mérite la mémoire des 3000 morts au Ground Zero.

 

Abdezahid Hayat MANSOURI

Commentaires