Chirac/emplois fictifs: non-lieu requis

Chirac/emplois fictifs: non-lieu requis

341
0
PARTAGER

Le parquet « considère qu’il n’existait pas un système connu de M. Chirac destiné à financer de façon occulte le RPR », a expliqué Philippe Courroye. « Après avoir examiné les sept emplois pour lesquels M. Chirac a été mis en examen pour prise illégale d’intérêt (en décembre 2009, ndlr), le parquet constate qu’il n’y a pas d’éléments suffisant pour remettre en cause la bonne foi de M. Chirac », a-t-il ajouté.

C’est désormais au juge d’instruction de Nanterre Jacques Gazeaux qu’appartient la décision de renvoyer ou non l’ancien président de la République (1995-2007) devant un tribunal correctionnel.

Vendredi, le tribunal correctionnel de Paris avait décidé vendredi de reporter de novembre à mars 2011 le procès de Jacques Chirac dans le cadre d’une première affaire d’emplois fictifs de la Ville de Paris. Le président de la 11e chambre, Dominique Pauthe, avait fixé le procès du 7 mars au 8 avril, afin de pouvoir éventuellement joindre au dossier parisien la procédure similaire qui était en cours à Nanterre.

 

Commentaires