2011: UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES DANS UN PAYS PAS COMME...

2011: UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES DANS UN PAYS PAS COMME LES AUTRES

315
0
PARTAGER

Avec un discours historique le 9 mars dernier, le roi prend de court tous les partis politiques pour annoncer la réforme de la constitution et un référendum pour lui donner une légitimité. Autre exception marocaine, les partis ne seront pas associés à sa rédaction mais simplement consultés. La mobilisation qui s’en suivra pour son adoption en étonnera plus d’un avec un taux d’adhésion exceptionnel et une participation massive que les élections législatives du 25 novembre ne connaitront pas. Elections remportées comme tout le monde sait par le parti islamiste du PJD, mais avec une toute petite majorité qui le pousse à s’associer à d’autres formations qui ne partagent pourtant pas avec lui le même référentiel religieux. Cette fameuse exception marocaine veut qu’aujourd’hui un parti communiste est appelé à siéger aux côtés d’islamistes que tout oppose. Une autre bizarrerie veut que même après les changements apportés par la nouvelle constitution qui donne au premier ministre une large marge de manœuvre en théorie, ce dernier n’est toujours pas parvenu, après un mois de consultations, à former un gouvernement sans avoir à le faire valider par le roi. Les islamistes marocains du PJD, qui se targuent d’avoir une « spécificité » dans le contexte arabe donnent déjà des signes de faiblesse quant à leur émancipation par rapport aux pouvoirs du roi qui continue à diriger le pays selon le modèle d’une monarchie exécutive, régulant la vie politique.

 

En 2011 et sur le plan économique cette fois-ci, l' »exception marocaine » voudrait que le pays a fait montre d’une remarquable résilience ou capacité de résistance face aux aléas de la situation critique au niveau national alors qu’au niveau touristique, la ville de Marrakech continue à faire le plein malgré toutes les craintes de désertion des touristes après l’attentat meurtrier du café Argana à la place Jemâa El Fna. Sans oublier que des milliards de dollars continuent à tomber provenant généreusement des pays du Golfe qui, dans leur élan ont proposé au Maroc de rejoindre leur groupement alors qu’il se trouve à des milliers de kilomètres de leur zone géographique.

Avec tous ces éléments et bien d’autres, ne faudrait-il pas conclure cette année 2011 avec cette question ? Cette fameuse « exception marocaine » ne serait-elle pas synonyme de  » BARAKA MAROCAINE « .

Jalil Nouri pour actu-maroc.com _________

 

 

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires