2013, UNE ANNEE A GROS RISQUES AU MAROC

2013, UNE ANNEE A GROS RISQUES AU MAROC

279
0
PARTAGER

En effet, tous les ingrédients sont réunis pour que les événements dégénèrent à tout moment dans les prochains mois ou même les prochaines semaines: augmentation des prix des légumes et des factures d’électricité alors que plane la lourde menace de la disparition toute proche de la caisse de compensation qui maintient jusqu’à présent les prix des denrées essentielles, du gaz et des carburants dans des limites supportables pour les consommateurs. Or le gouvernement semble décidé à sortir de ce schéma sous prétexte que ces subventions profitent également aux riches pour le remplacer par des aides financières directes aux pauvres, un modèle très difficile à trouver et qui n’est pas prêt de voir le jour.

 

Cette tension est aggravée par les pressions des syndicats qui estiment avoir laissé assez de répit au gouvernement Benkirane avec lequel le climat n’est pas au beau fixe et qui ont chargé leur calendrier de plusieurs journées de grève dès le début de l’année. Des mouvements à ajouter à ceux de plusieurs secteurs sensibles comme la santé, la justice et l’éducation ainsi que dans les collectivités locales rendus encore plus furieux par les prélèvements sur leurs salaires qui ont été amputés des journées de grève observées. Mais ce n’est pas tout et d’autres pans du mur de la cohésion sociale risquent de s’effondrer.

Ainsi, la crise économique en Europe aidant, des milliers de résidents marocains établis jusque-là dans des pays gravement touchés, n’ont plus eu d’autres choix que de retourner au pays en attendant des jours meilleurs en recourant à leurs maigres économies pour survivre. D’autres, des retraités en provenance de Hollande notamment, ont eu la tristesse d’apprendre que le gouvernement de ce pays et son parlement ont pris la décision unilatérale de suspendre les pensions de tous les retraités qui ont quitté le pays…De quoi gonfler les masses de mécontents déjà nombreux qui n’attendent que la moindre occasion pour sortir exprimer leur colère . Une occasion que saisiront quelques groupuscules pour venir attiser cette colère et pousser les manifestants à l’affrontement avec les forces de l’ordre comme ce fût le cas ces derniers jours à Marrakech, une illustration assez éloquente de ce qui risque de se passer une fois que la goutte fatidique aura fait déborder le vase. Nous ne sommes pas trop loin de ce cas de figure en ce début d’année.

 

Jalil Nouri pour Actu-maroc.com_______________

 

Commentaires