Maison A la une 2018, ANNÉE DES CONDAMNATIONS DE PRÉSIDENTS A LA PRISON

2018, ANNÉE DES CONDAMNATIONS DE PRÉSIDENTS A LA PRISON

858
0
PARTAGER

2018 est décidément une année à nulle autre pareille avec cette avalanche de condamnations en série d’anciens chefs d’états en délicatesse avec la justice de leur pays et qui sont en voie de prendre le chemin de la prison.

La liste comprend désormais l’ancien président du Brésil, Lulla, qui doit rejoindre sa cellule dans les prochaines heures pour un séjour de douze années, l’ancienne présidente de la Corée du Sud,Park Geun Hye, condamnée, elle à 24 années de détention, en attendant de voir ce que décidera la justice dans le cas de l’ancien président français, Nicolas Sarkozy. Si dans les différentes poursuites visant ce dernier, il s’agit de dépenses « politiques » pour lui permettre de se maintenir au pouvoir par différents moyens illégaux, dans le cas des deux premiers, il s’agit d’enrichissement personnel et de corruption aggravée. Le brésilien Lulla aurait accepté de l’argent en échange de l’obtention de gros marchés avec l’état brésilien, de la part d’un grand groupe de travaux publics spécialisé dans l’achat de privilèges auprès de chefs de nombreux états d’Amérique Centrale. L’ancien présidente sud-coréenne n’a pas résisté, pour sa part, aux appels sonnants et trébuchants du grand groupe Samsung dont le président et héritier se trouve également sur la sellette pour la suivre en prison après l’avoir poussée à accepter des pots de vin.

Seul le continent africain n’a pas encore sauté le pas de tels procès et de telles condamnations de chefs d’états corrompus

 

Par Jalil Nouri

 

Actu-maroc.com

Commentaires