27 % DES FONCTIONNAIRES LE SONT DEVENUS GRÂCE AU PISTON

27 % DES FONCTIONNAIRES LE SONT DEVENUS GRÂCE AU PISTON

541
0
PARTAGER

La pilule est amère et dure à avaler pour juger de l’état de la fonction publique. Le constat est fait par le Haut Commissaire au Plan, Ahmed Lahlimi, une source très bien placée pour affirmer que 27% du total des fonctionnaires de l’état sont entrés par la petite porte et ne doivent ce statut privilégié qu’à la faveur des interventions de leurs proches et connaissances. La réalité est encore plus dure si l’on sait que parmi ces pistonnés figurent en grand nombre des éléments qui n’ont pas les diplômes adéquats pour occuper les postes qu’ils détiennent ou tout simplement de faux titres universitaires.

Une situation très grave qui mériterait bien que l’actuel gouvernement qui compte dans ses rangs un ministère de l’administration publique se penche sérieusement sur ce désastre au lieu de faire semblant de mener la chasse aux fonctionnaires fantômes qui se comptent également par milliers au sein de cette vache à lait qu’est l’administration et qui ne sont que la partie de cet immense iceberg qui cache une multitude d’autres abus et tares.

Il est évident que l’administration va mal, qu’elle est loin de répondre aux attentes et besoins des citoyens, qu’elle englouti chaque mois des centaines de milliards de dirhams sans accompagner réellement le développement du pays, laissant le fossé se creuser avec les citoyens et les investisseurs. Ce gouvernement donc, qui a fait de la bonne gouvernance son mot d’ordre comme le lui dicte les islamistes qui le dirigent, et pour peu qu’il en ait le courage politique, serait bien inspiré à des fins d’économie, de procéder à un assainissement de l’administration en traquant les faux diplômés et pistonnés qui se confondent et qui ont fait main basse sur les administrations et établissements publics en les transformant en domaines privés sur lesquels ils se sont enrichis en toute impunité et sans avoir des comptes à rendre pour leur responsabilité dans ce gâchis. Très fort au niveau de la symbolique , cet audit de la fonction publique et les mesures qui en découleraient serait à message fort et l’illustration d’une véritable volonté de changer avec les pratiques du passé.

Actu-maroc.com __________________________________________

Commentaires