PARTAGER

Quatre migrants originaires d’Afrique subsaharienne sont morts noyés dimanche en tentant de franchir à la nage la frontière entre le nord du Maroc et l’enclave espagnole de Ceuta, ont annoncé les autorités marocaines.
« Le ministère de l’Intérieur déplore le décès dimanche de quatre subsahariens candidats à l’émigration clandestine au large de la localité de Belyounech », indique un communiqué publié par l’agence officielle MAP.

Les seules frontières terrestres entre l’Europe et l’Afrique.

Selon le texte, ces personnes, dont l’identité et la nationalité ne sont pas mentionnées, « tentaient de contourner à la nage le grillage entourant le préside occupé de Sebta » (Ceuta, ndlr).
Trois autres migrants ont, en revanche, pu être secourus par la marine royale marocaine, d’après la même source.
Début 2014, 15 migrants étaient morts en tentant de rejoindre Ceuta à la nage. Madrid avait été vivement critiqué pour le comportement de ses forces de l’ordre, qui avaient notamment fait usage de balles en caoutchouc.

Les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla, toutes deux situées dans le nord du Maroc, sont les seules frontières terrestres entre l’Europe et l’Afrique.
Ces points de passage attirent des milliers de migrants, provenant notamment de zones de conflit, qui espèrent franchir ses hautes barrières, quand bien même les grillages enserrant les deux enclaves ont été considérablement renforcés ces dernières années.

Afin de répondre à cet afflux, le Maroc a lancé une « nouvelle politique migratoire » fin 2013. Quelque 20.000 migrants –sur les 30.000 recensés– ont été régularisés l’an dernier par Rabat.
En matière de surveillance des frontières, « nous assumons notre rôle », a récemment plaidé le ministre de l’Intérieur Mohamed Hassad, lors d’un entretien avec des médias dont l’AFP. « C’est très lourd comme opération: 13.000 personnes mobilisées et 250 millions de dollars chaque année. Nous le faisons car nous travaillons en confiance avec nos voisins », a-t-il avancé.

Commentaires