PARTAGER

Six participants à un défilé de la Gay Pride à Jérusalem ont été blessés, mercredi 29 juillet, par un homme qui les a attaqués à coups de couteau, selon les services de sécurité et de santé. Deux des victimes sont dans un état grave.

L’agresseur a été arrêté par la police avant de pouvoir s’attaquer à d’autres participants au défilé dans le centre de la ville, il s’agit de Yishai Shlissel, un juif ultraorthodoxe qui avait déjà attaqué au couteau trois participants à la Gay Pride de Jérusalem en 2005. Il avait été libéré de prison il y a trois semaines après avoir purgé une peine de dix années d’emprisonnement pour tentative d’assassinat et agression aggravée.

Les médias, très critiques envers la police, ont révélé qu’Yishai Shlissel avait publié sur Internet une lettre dénonçant « l’abomination » que constituait, selon lui, la tenue d’une Gay Pride à Jérusalem sans que cela provoque de réaction de la part des forces de l’ordre. Un porte-parole de la police s’est contenté de répondre qu’un « très important dispositif de sécurité » avait pourtant été déployé autour de la marche pour tenter d’éviter toute agression.

Un défilé de 5 000 personnes

Environ 5 000 personnes étaient attendues pour cet événement, pour lequel plusieurs centaines de policiers avaient été sollicités. Une quinzaine d’activistes d’extrême droite avaient reçu l’autorisation pour protester près de la grande synagogue.

S’il s’agit de la plus grave agression recensée depuis des années contre des homosexuels, la communauté gay israélienne avait déjà été endeuillée en 2009 lorsqu’un homme avait ouvert le feu dans un centre d’aide aux jeunes homosexuels à Tel-Aviv, faisant deux morts et une quinzaine de blessés.

Montée de l’intolérance

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a dénoncé une attaque « très grave ». « Son auteur sera jugé. L’Etat d’Israël respecte la liberté privée de chacun qui est un des principes fondamentaux en vigueur dans notre pays », a-t-il souligné dans un communiqué.
« Nous devons nous assurer que tout homme et toute femme puisse vivre en toute sécurité de la façon qu’ils ont choisie », a-t-il encore affirmé.

En butte à l’hostilité d’une grande partie de la communauté ultra-orthodoxe, les organisateurs de la marche avaient choisi en accord avec la police un tracé leur évitant de passer dans les quartiers religieux de la ville.

Après l’attaque, la Gay pride, à laquelle participaient des centaines de personnes, s’est poursuivie dans des rues du centre de Jérusalem, pavoisées du drapeau arc-en-ciel. Elle s’est achevée au jardin de la cloche, où une fête était prévue dans la soirée.

 

 

Commentaires