PARTAGER

Les manifestations au Venezuela pour exiger le départ du président Nicolas Maduro ont fait 66 morts depuis le début de la mobilisation en avril dernier, a annoncé mercredi le Parquet alors que le ministre de la Défense, Vladimir Padrino Lopez, a lancé un appel inédit à ses troupes à cesser les « atrocités ».

Le ministre, qui a reconnu pour la première fois des abus commis par les militaires, a affirmé ne plus vouloir « voir un garde national de plus en train de commettre des atrocités dans la rue ».

Des vidéos diffusés sur les réseaux sociaux montraient des policiers et des militaires en train d’agresser et de voler les effets personnels de plusieurs manifestants appréhendés lors des défilés.

Mercredi, un adolescent âgé de 17 ans a été tué à Chacao, un quartier de l’est de la capitale où plusieurs milliers de personnes ont à nouveau manifesté pour demander des élections anticipées et dénoncer la répression « sauvage » de la police et de l’armée lors des manifestations.

Les dirigeants de l’opposition ont attribué aux forces de sécurité la responsabilité de ce nouveau décès et une enquête a été ouverte par le Parquet.

Les adversaires de M. Maduro le rendent responsable de l’effondrement économique du pays et l’accusent de vouloir confisquer le pouvoir, notamment avec son projet controversé de réforme de la Constitution.

Outre les 66 morts, les manifestations pour exiger des élections anticipées ont fait depuis le 1er avril un millier de blessés et des centaines de personnes ont été arrêtées, selon le Parquet.

Commentaires