PARTAGER
Le ministre de la santé , Houssein El Ouardi n’a pas pris de gants pour annoncer avec inquiétude les derniers chiffres relatifs aux maladies transmises à travers les relations sexuelles au titre de l’année 2015 et qui montrent que malgré toutes les campagnes de prévention et de sensibilisation, il reste un énorme travail à faire et un long chemin à parcourir pour être en dessous des seuils acceptables dans la lutte contre le sida et les MST, les maladies sexuellement transmissibles.
Ainsi, près de 1.200 cas se sont ajoutées aux 24.000 répertoriés l’année dernière pour les personnes atteintes de sida et plus de 440.000 pour les MST, deux fléaux qui ne concernent pas uniquement les milieux défavorisées mais qui se situent majoritairement en zone urbaine. Un vrai casse-tête pour les autorités sanitaires qui vient plomber les dépenses de l’état en matière de santé publique.
En dressant une cartographie nationale de ce fléau, le ministre a tenu à préciser que les infections concernent celles du col de l’utérus à raison de 27%, celles des voies urinaires à raison de 16% et des organes génitaux à 28%. Ce tableau reste peu rassurant d’autant plus que la part des jeunes dans la propagation de ces maladies reste relativement importante.

Commentaires