8 MARS: CE QUE VEULENT LES MAROCAINES

8 MARS: CE QUE VEULENT LES MAROCAINES

210
0
PARTAGER

Chez nous, le constat est sans appel selon les mouvements féministes qui estiment que, malgré tout ce qui a été entrepris jusqu’à présent, le chemin menant à l’égalité totale des droits est encore long à parcourir tout en restant semé d’embûches en tous genres.

Ce début 2012 leur a donné l’occasion d’exprimer toute leur colère et leur déception à l’annonce d’un nouveau gouvernement dans lequel ne figure qu’une seule femme alors qu’au même moment le quota de représentativité féminine au parlement se voyait sensiblement augmenté. Il n’empêche que cette sous-représentation féminine au sein de l’exécutif a été très mal accueillie et qu’elle continue d’alimenter les débats tout en gardant l’espoir que la faute sera réparée lors de la nomination d’une prochaine vague de hauts responsables au sein de l’administration et des entreprises publiques. Le premier ministre est attendu au tournant pour réparer cette injustice faite aux femmes qui estiment à juste titre que la faute incombe également aux partis politiques qui n’ont pas bougé le petit doigt afin de valoriser certaines candidatures de militantes à l’accession aux postes ministériels .

L’autre combat  qui continue et continuera à être mené, bien que des progrès substantiels aient été enregistrés depuis l’adoption il y a quelques années de la moudawana (code de la famille), concerne celui de l’égalité homme/femme en matière d’héritage, un thème central dans la liste revendicative et dont l’issue reste tributaire de considérations religieuses qui entravent toute avancée significative.

Sur un autre registre, les récriminations portent sur l’accessibilité pour plus de femmes aux postes de responsabilité ainsi qu’un alignement des salaires entre hommes et femmes, les différentes études menées en ce sens au sein des entreprises privées faisant apparaître des différences importantes qui relèvent plus des appréciations des dirigeants de chaque entreprise et non d’une logique généralisée, à l’exception des multinationales dont l’approche dans ce domaine est très avancée.

Enfin dernier point, une caractéristique propre à notre société et dont les femmes ne cessent de dénoncer l’aspect avilissant sans que rien ne soit fait pour y remédier, les agressions verbales dans les espaces publics avec leur lot d’atteintes à la dignité de celles qui en sont les victimes au quotidien. La chose est devenue partie intégrante de notre environnement que l’on a fini par l’accepter alors que pour les concernées il s’agit d’une question d’honneur. Le droit au respect est ainsi revendiqué au même titre que d’autres qui concernent la femme marocaine. Le combat continue.

 

 

Jalil Nouri pour actu-maroc.com  ______________________

 

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

 

 

 

 

Commentaires