lundi, juin 26, 2017

MOBILISATION POUR LA LIBERATION DE LA FEMME D’AFFAIRES HIND AL ACHCHABI

0

L’ESPOIR RENAIT POUR LA FEMME D’AFFAIRES POURSUIVIE POUR ADULTERE

0
Après une audience ce mardi 30 Août marquée par l’absence du plaignant qui semble vouloir aller de report en report dans sa stratégie, le dossier de l’affaire de la célèbre « businesswoman » Hind Al Achchabi, jugée actuellement à Rabat pour un présumé adultère suite à une plainte de son ancien mari, un diplomate koweïtien chiite, est susceptible de prendre une tournure plus humaine après qu’elle se soit vue refuser à tort, d’après ses avocats, la liberté provisoire alors qu’elle est en droit de l’obtenir, dans la mesure où elle peut déposer une caution importante et qu’elle est interdite de quitter le territoire.
D’après les avocats de l’accusée, maître Mohamed Faziou et maître Meryem Bouzhaifa, la justice devrait se montrer compréhensive face à la situation d’une mère devant allaiter son bébé de 40 jours à peine d’autant plus que le Kowétien Ambassadeur n’a pas encore fourni de documents prouvant l’authentification de son mariage auprès de la justice marocaine.
Cette femme d’affaires a d’autres arguments de poids qui plaident en sa faveur pour l’octroi de cette mesure de liberté provisoire puisqu’elle doit honorer ses engagements professionnels et assurer le bon fonctionnement de ses entreprises dont l’importante activité a connu un ralentissement depuis le début de ses démêlés mettant en péril leur continuité.
Libre de ses mouvements, elle répondra présente aux convocations du tribunal et pourra mieux coordonner et assurer sa défense devant une justice dont elle respectera le verdict quel qu’il soit. Une justice qu’elle tient en estime de par son statut d’investisseur à l’origine de nombreux capitaux étrangers venus au Maroc, grâce à elle, elle qui a su défendre les institutions de son pays, dont l’appareil judiciaire.
Patriote exemplaire, Hind Al Achchabi, n’a jamais eu cesse de proclamer son amour pour son pays et son roi tout en réitérant sa fierté pour le système judiciaire marocain et son indépendance.
Doublée d’une mécène, Hind Al Achchabi, vient de se voir apporter un soutien psychologique par un comité en voie de création par de nombreux artistes de renom.
Sa famille continue de croire fermement que sa demande sera entendue par les juges.
Réponse lors de la prochaine audience prévue pour le 8 septembre prochain.

Du nouveau dans le procès de la femme d’affaire, Hind Al Achhabi

0

Le tribunal de première instance de Rabat vient de juger pour un premier examen le dossier de la célebre femme d’affaire Hind Al Achchabi poursuivie dans une affaire d’adultère qui n’a pas révélée tous ses secrets.

En effet et après s’être fait vus refuser la demande de liberté provisoire, ses avocats qui ont interjeté appel ne manquent pas de souligner la complexité de ce dossier en soulignant la présence de plusieurs vices de forme et de fond. Ainsi, si l’on se base sur l’article 430 du code civil, la plainte déposée par le mari kowetien, ambassadeur à Vienne, est nulle et non avenue puisque ce mariage dont l’acte a été établi au Koweit n’a pas suivi le circuit légal par le biais des services diplomatiques marocains ni confirmé dans les tribunaux marocains, ce qui lui ôte toute validité au Maroc.

Toujours selon les avocats de l’accusée, maître Mohamed Faziou et maître Meryem Bouzhaifa, mettent en avant un élément important en soulignant que le mari plaignant, le diplomate kowetien est de confession Chiite et que l’acte de mariage établi selon l’obédience Jaafari est non reconnu au Maroc, toutes ces spécificités n’ayant pas été mentionnées dans les pièces justificatives fournies par le plaignant et servant de base à sa plainte.

Plus grave encore, la procédure judiciaire n’a pas été respectée dans ses règles, poursuivent les avocats de Hind Achchabi puisque cette dernière a été incarcérée à la prison de Salé sans être entendue par aucun juge d’instruction.

Sur un autre plan, plus personnel et pour accorder à l’accusée Hind Al Achachabi, sa liberté provisoire, le tribunal aurait pu prendre en considération le fait qu’elle est mère d’un bébé de 40 jours qui a besoin encore d’être allaité et qu’elle dispose également de garanties financières, d’autant plus que l’interdiction de quitter le territoire national a été appliqué à son encontre.

La conclusion revient au père de l’accusée qui dans des propos émouvants, précise que sa fille aime son pays, dans lequel elle a beaucoup investi et encouragé ses connaissances étrangères à suivre son exemple. C’est la meilleure illustration dit-il de la confiance qu’elle place dans les arrêtés de justice pronnoncés par les tribunaux marocains en espérant par avance que le verdict sera équitable pour lui permettre de retrouver ses enfants et pour oublier cette regrettable mésaventure qui lui a causé tant de tord à elle, à sa famille, à l’image dont elle jouit dans le monde des affaires et auprès de ses nombreuses
et importantes connaissances aux niveaux national et international. Et de se dire enfin convaincu comme sa fille, accusée mais présumée innocente, que le Maroc est un état de droit et de justice et que tous les justiciables sont égaux devant la loi.

Par Jalil Nouri

 

PROPOSITION ALLÉCHANTE DE MARIAGE A SAAD LAMJARRAD PAR UNE MILLIARDAIRE DU GOLFE

0

Il n’y a pas que par la chanson que le talentueux chanteur marocain Saad Lamjarrad peut s’enrichir. Voici la preuve avec ce qui lui arrive actuellement avec une femme milliardaire, originaire des pays du Golfe, follement amoureuse de lui et que de nombreux journaux et magazines arabes décrivent comme une admiratrice qui a fait le pari de se marier avec lui en utilisant les gros moyens, y compris une partie de sa fortune. Ces médias qui se sont emparés de cette affaire pour la suivre au quotidien avancent que cette femme, dont ils ne précisent ni l’identité ni l’âge ni la nationalité, aurait proposé à son chanteur adoré, la moitié de sa fortune, comme dot, s’il acceptait de la prendre pour épouse, le plus tôt possible étant forcément le meilleur à envisager.. Cette proposition inattendue de la part d’une femme arabe a suscité un grand débat à travers la presse et sur les réseaux sociaux avec parfois des commentaires virulents, les femmes estiment que cette milliardaire porte atteinte à leur dignité.

La question est de savoir à présent ce que pense le chanteur de cette proposition et s’il acceptera l’offre alléchante de son admiratrice avec les conséquences prévisibles pour son avenir artistique et son image. L’affaire est très sérieuse et suscite de nombreuses interrogations au sein de l’opinion publique dans les pays du Golfe.

BROUILLE DIPLOMATIQUE ENTRE LA HOLLANDE ET LE MAROC

0

DEUX PANDAS ACCUEILLIS COMME DES CHEFS D’ETATS.

0

LE WALI DE BANK AL MAGHRIB EN GUERRE CONTRE LES BANQUES

0

LE GOUVERNEMENT FÊTERA SES 100 JOURS SANS CONVAINCRE.

0

LE RETOUR A L’HEURE LEGALE, DIMANCHE

0

UNE FIN DE RAMADAN SOUS LE SIGNE DE FORTES CHALEURS.

0

LES PREMIERS PROCES TELE MAROC DE RACHID NINY ARRIVENT.

0

LE ROI IRA-T-IL A AL HOCEIMA POUR SES VACANCES ?

0

Habitué à passer une partie de ses vacances d’été dans un cadre idyllique tout près de la ville d’Al Hoceima, capitale d’une région du Rif en pleine ébullition depuis des mois pour des revendications d’ordre social, le roi Mohammed VI pourrait y séjourner malgré la tension qui règne dans cette ville. Des préparatifs seraient actuellement en cours et il n’est pas exclu que le souverain se rende dans une région qui ne cesse d’appeler à son intervention directe pour apporter des solutions aux difficultés d’une population qui ne croit plus à l’efficacité d’un gouvernement qui serait coupé des réalités. Selon l’avocat Ziane, président du PLM, le Parti Libéral Marocain, le souverain aurait été sur le point d’y effectuer une visite en profitant de sa présence dans la ville de Fes, tout juste avant le ramadan, mais y aurait renoncé pour des raisons inconnues, mais ce ne serait que partie remise. car dans la ville d’Al Hoceima et sa région, les habitants restent persuadés que le roi viendra cet été après la fête du trône dont le discours royal, pensent-t-ils, fera allusion à la situation que vit cette région, et qu’il les rencontrera pour leur annoncer que le dossier de leurs revendicationqs fait l’objet d’un suivi particulier de sa part, en attendant une autre visite, point de départ au lanceùment de grands chantiers.

SELON DEUX ASTRONOMES, AID AL FITR AURA LIEU LUNDI

0

Les astronomes marocains ont pris l’habitude ces dernières années de faire des prévisions qui s’avèrent juste au bout du compte. Et les comptes deux d’entre eux, savent en faire pour annoncer sans risques d’erreur le début et la fin du mois de ramadan; qu’ils arrivent à déterminer avec justesse. Ils se nomment Abdelaziz Kharbouch et Hicham El Issaoui et sur la base de leurs calculs qui n’excluent pas l’observation du croissant, ce dernier sera invisible le samedi soir, à l’est comme au sud du pays, ce qui leur permet d’affirmer que le mois de ramadan de cette année ira jusqu’au terme de ses trente jours et que « Aid Il Fitr, ne sera célébré au Maroc que le lundi 26 juin prochain, indépendamment de ce quiourrait se passer avec lesquels les marocains ont entamé le mois sacré.

Reste qu’une toute petite marge d’erreur et d’inattendu persistera jusqu’à la dernière minute le samedi soir, quand débutera l’observation du croissant du mois de Choual et attendre la confirmation de son apparition dans le ciel marocain à travers le communiqué officiel du ministère des habous et des affaires islamiques, le seul en pareil cas, à déterminer la date de la fête marquant la fin du mois sacré.

Articles de la semaine