vendredi, janvier 19, 2018

MOBILISATION POUR LA LIBERATION DE LA FEMME D’AFFAIRES HIND AL ACHCHABI

0

L’ESPOIR RENAIT POUR LA FEMME D’AFFAIRES POURSUIVIE POUR ADULTERE

0
Après une audience ce mardi 30 Août marquée par l’absence du plaignant qui semble vouloir aller de report en report dans sa stratégie, le dossier de l’affaire de la célèbre « businesswoman » Hind Al Achchabi, jugée actuellement à Rabat pour un présumé adultère suite à une plainte de son ancien mari, un diplomate koweïtien chiite, est susceptible de prendre une tournure plus humaine après qu’elle se soit vue refuser à tort, d’après ses avocats, la liberté provisoire alors qu’elle est en droit de l’obtenir, dans la mesure où elle peut déposer une caution importante et qu’elle est interdite de quitter le territoire.
D’après les avocats de l’accusée, maître Mohamed Faziou et maître Meryem Bouzhaifa, la justice devrait se montrer compréhensive face à la situation d’une mère devant allaiter son bébé de 40 jours à peine d’autant plus que le Kowétien Ambassadeur n’a pas encore fourni de documents prouvant l’authentification de son mariage auprès de la justice marocaine.
Cette femme d’affaires a d’autres arguments de poids qui plaident en sa faveur pour l’octroi de cette mesure de liberté provisoire puisqu’elle doit honorer ses engagements professionnels et assurer le bon fonctionnement de ses entreprises dont l’importante activité a connu un ralentissement depuis le début de ses démêlés mettant en péril leur continuité.
Libre de ses mouvements, elle répondra présente aux convocations du tribunal et pourra mieux coordonner et assurer sa défense devant une justice dont elle respectera le verdict quel qu’il soit. Une justice qu’elle tient en estime de par son statut d’investisseur à l’origine de nombreux capitaux étrangers venus au Maroc, grâce à elle, elle qui a su défendre les institutions de son pays, dont l’appareil judiciaire.
Patriote exemplaire, Hind Al Achchabi, n’a jamais eu cesse de proclamer son amour pour son pays et son roi tout en réitérant sa fierté pour le système judiciaire marocain et son indépendance.
Doublée d’une mécène, Hind Al Achchabi, vient de se voir apporter un soutien psychologique par un comité en voie de création par de nombreux artistes de renom.
Sa famille continue de croire fermement que sa demande sera entendue par les juges.
Réponse lors de la prochaine audience prévue pour le 8 septembre prochain.

Du nouveau dans le procès de la femme d’affaire, Hind Al Achhabi

0

Le tribunal de première instance de Rabat vient de juger pour un premier examen le dossier de la célebre femme d’affaire Hind Al Achchabi poursuivie dans une affaire d’adultère qui n’a pas révélée tous ses secrets.

En effet et après s’être fait vus refuser la demande de liberté provisoire, ses avocats qui ont interjeté appel ne manquent pas de souligner la complexité de ce dossier en soulignant la présence de plusieurs vices de forme et de fond. Ainsi, si l’on se base sur l’article 430 du code civil, la plainte déposée par le mari kowetien, ambassadeur à Vienne, est nulle et non avenue puisque ce mariage dont l’acte a été établi au Koweit n’a pas suivi le circuit légal par le biais des services diplomatiques marocains ni confirmé dans les tribunaux marocains, ce qui lui ôte toute validité au Maroc.

Toujours selon les avocats de l’accusée, maître Mohamed Faziou et maître Meryem Bouzhaifa, mettent en avant un élément important en soulignant que le mari plaignant, le diplomate kowetien est de confession Chiite et que l’acte de mariage établi selon l’obédience Jaafari est non reconnu au Maroc, toutes ces spécificités n’ayant pas été mentionnées dans les pièces justificatives fournies par le plaignant et servant de base à sa plainte.

Plus grave encore, la procédure judiciaire n’a pas été respectée dans ses règles, poursuivent les avocats de Hind Achchabi puisque cette dernière a été incarcérée à la prison de Salé sans être entendue par aucun juge d’instruction.

Sur un autre plan, plus personnel et pour accorder à l’accusée Hind Al Achachabi, sa liberté provisoire, le tribunal aurait pu prendre en considération le fait qu’elle est mère d’un bébé de 40 jours qui a besoin encore d’être allaité et qu’elle dispose également de garanties financières, d’autant plus que l’interdiction de quitter le territoire national a été appliqué à son encontre.

La conclusion revient au père de l’accusée qui dans des propos émouvants, précise que sa fille aime son pays, dans lequel elle a beaucoup investi et encouragé ses connaissances étrangères à suivre son exemple. C’est la meilleure illustration dit-il de la confiance qu’elle place dans les arrêtés de justice pronnoncés par les tribunaux marocains en espérant par avance que le verdict sera équitable pour lui permettre de retrouver ses enfants et pour oublier cette regrettable mésaventure qui lui a causé tant de tord à elle, à sa famille, à l’image dont elle jouit dans le monde des affaires et auprès de ses nombreuses
et importantes connaissances aux niveaux national et international. Et de se dire enfin convaincu comme sa fille, accusée mais présumée innocente, que le Maroc est un état de droit et de justice et que tous les justiciables sont égaux devant la loi.

Par Jalil Nouri

 

PROPOSITION ALLÉCHANTE DE MARIAGE A SAAD LAMJARRAD PAR UNE MILLIARDAIRE DU GOLFE

0

Il n’y a pas que par la chanson que le talentueux chanteur marocain Saad Lamjarrad peut s’enrichir. Voici la preuve avec ce qui lui arrive actuellement avec une femme milliardaire, originaire des pays du Golfe, follement amoureuse de lui et que de nombreux journaux et magazines arabes décrivent comme une admiratrice qui a fait le pari de se marier avec lui en utilisant les gros moyens, y compris une partie de sa fortune. Ces médias qui se sont emparés de cette affaire pour la suivre au quotidien avancent que cette femme, dont ils ne précisent ni l’identité ni l’âge ni la nationalité, aurait proposé à son chanteur adoré, la moitié de sa fortune, comme dot, s’il acceptait de la prendre pour épouse, le plus tôt possible étant forcément le meilleur à envisager.. Cette proposition inattendue de la part d’une femme arabe a suscité un grand débat à travers la presse et sur les réseaux sociaux avec parfois des commentaires virulents, les femmes estiment que cette milliardaire porte atteinte à leur dignité.

La question est de savoir à présent ce que pense le chanteur de cette proposition et s’il acceptera l’offre alléchante de son admiratrice avec les conséquences prévisibles pour son avenir artistique et son image. L’affaire est très sérieuse et suscite de nombreuses interrogations au sein de l’opinion publique dans les pays du Golfe.

Le « Tide Pod Challenge » la nouvelle tendance qui prend de l’ampleur chez les ados américains

0

Les ados américains essayent de réaliser un nouveau challenge stupide et dangereux qui commence malheureusement à prendre de l’ampleur ! Il s’agit du « Tide Pod Challenge »,

Les adolescents américains ont encore brillé en inventant ce nouveau challenge qui se diffuse sur les réseaux sociaux à grande vitesse. Après le « Ice and Salt challenge » ou le « Hot Water challenge » qui a causé la mort d’une petite fille de 8 ans, voici venu le « Tide Pod Challenge » qui consiste à avaler une capsule de détergent de lessive liquide tout en se filmant… incroyable mais vrai.

Face à ce nouveau jeu stupide, on ne sait plus s’il faut en rire ou en pleurer…
En tout cas, la communication autour de ce types de challenges est nécessaire car ils sont extrêmement dangereux. Le “Tide Pod” challenge (Tide Pod étant une marque de lessive outre-Atlantique) a déjà conquis beaucoup trop de jeunes adolescents. Depuis plusieurs semaines, plusieurs vidéos commencent à émerger sur Youtube..

 Evidemment, face à ces challenges, une question demeure : Mais comment ont-ils eu l’idée de faire ça ?

« C’est parti d’une blague sur Internet et maintenant c’est allé trop loin »

Pour le Tide Pod challenge, il semblerait que l’idée a été imaginée par le site satirique The Onion.. Sur le site on peut lire un texte datant de 2015, écrit du point de vue d’un enfant qui s’imagine manger une capsule de détergent de lessive.

Ensuite c’est un sketch réalisé pour le site College Humour qui met en scène un jeune homme attiré par les capsules de détergent qui lui évoquent des petits bonbons colorés… et qu’il finit donc par goûter !

Ann Marie Buerkle, qui travaille à la Commission de sécurité des produits, déplore l’arrivée de ce nouveau challenge : « C’est parti d’une blague sur Internet et maintenant c’est allé trop loin« .

Les sites Youtube et Facebook ont été contraints de prendre des mesures drastiques.

Youtube et Facebook ont déclaré qu’ils allaient rapidement rechercher et supprimer toutes les vidéos des « Tide Pods Challenge » postées sur leur plateforme.

Et on le répète si jamais ce n’est pas assez clair : il ne faut pas croquer dans les capsules de lessive, qu’elle que soit la marque. Surveillez donc vos enfants et vos frères et sœurs car le risque de voir le Tide Pods Challenge arriver au Maroc est plus que réel, tout comme le risque de finir à l’hôpital.

Une tempête aux Pays-Bas et en Allemagne fait 6 morts

0

Une violente tempête a balayé aujourd’hui les Pays-Bas et l’Allemagne, faisant six morts et perturbant fortement les transports. Trois personnes ont été tuées aux Pays-Bas par des chutes d’arbres ou de débris, a déclaré la police.

En Allemagne, un homme de 59 ans a été tué par la chute d’un arbre près de la frontière néerlandaise et un conducteur de poids lourd de 68 ans a péri dans un accident de la route. Un pompier de 28 ans a trouvé la mort quand un arbre lui est tombé dessus alors qu’il portait secours à une conductrice.

Le vent a soufflé jusqu’à 140 km/h, arrachant des arbres, couchant des camions sur l’autoroute. Dans le port de Rotterdam, des conteneurs sont tombés sous la violence du vent. Au moins 260 vols au départ ou à l’arrivée à l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol ont été suspendus.

Dans le Land allemand de Rhénanie du Nord-Westphalie, le plus peuplé du pays, 100.000 personnes ont été privées d’électricité et une quarantaine de personnes ont été blessées dans des accidents routiers liés au mauvais temps. La compagnie ferroviaire Deutsche Bahn a suspendu toutes les liaisons longue distance dans l’ensemble du pays.

La Commission Nationale de la Commande Publique officiellement installée ce vendredi

0

La Commission Nationale de la Commande Publique (CNCP) sera officiellement installée, le vendredi 19 novembre 2018, lors d’une cérémonie qui sera marquée par des discours du Chef du Gouvernement M. Saad Eddine EL OTHMANI et du Secrétaire Général du Gouvernement M. Mohamed HAJOUI.

Seront présents les membres du gouvernement, des ambassadeurs ou encore des représentants d’institutions et organismes internationaux tels que la Banque Africaine de Développement (BAD), l’Union Européenne (UE) ou encore la Banque Mondiale (BM). Sont également invités à cette cérémonie, les responsables des différentes administrations, entreprises et établissements publics ainsi que ceux du secteur privé.

 La création de la CNCP constitue une avancée importante en matière d’encadrement de la commande publique et de maîtrise de la dépense publique.
Organe autonome à caractère technique, la Commission Nationale de la Commande Publique est composée de treize membres, reconnus pour leur compétence et leur expertise, dont trois représentants professionnels relevant du secteur privé.

Cette ouverture sur le secteur privé marque un changement profond dans le rôle qu’entend jouer désormais la CNCP à l’aune du développement du partenariat public / privé : l’entreprise siège au sein de l’organe délibérant de la CNCP, elle est associée à la prise de décision et dispose du droit de saisine de la Commission pour exprimer ses doléances, notamment en cas de litige l’opposant à l’administration aux niveaux précontractuel et contractuel.

  L’importance de la CNCP est liée au développement remarquable de la Commande Publique, devenue un levier stratégique de développement économique et social, et portée par le volume record des investissements publics de l’Etat, des collectivités territoriales et des entreprises et établissements publics qui est passé de 160 milliards de dirhams en 2011, à 195 milliards de dirhams en 2018, soit l’équivalent de 17,4% du PIB.

Certes, plusieurs réformes avaient été adoptées depuis 1997, touchant aussi bien le corpus juridique régissant les finances publiques que les marchés publics. Mais ces réformes se sont focalisées sur des aspects procéduraux sans prendre en compte la dimension économique au niveau de l’achat public.

Cette dimension est pourtant fondamentale pour réaliser des achats de qualité au meilleur prix et ainsi garantir une meilleure rationalisation de la dépense publique.

  En intégrant cette dimension dans ses objectifs stratégiques, la CNCP entend relever des défis de taille, répondre aux attentes des parties prenantes de la Commande Publique (administration, secteur privé, organes de contrôle), mettre en place des tribunes d’échanges dans le cadre du partenariat public / privé, favoriser la promotion de la PME et la diffusion de la culture de la bonne gouvernance et la mise en place d’un système d’information dynamique, fiable et inclusif.

Ces défis constituent l’ossature de la vision stratégique globale que la Commission se propose d’élaborer, laquelle sera adossée à des objectifs mesurables et déclinée en plans d’action pluriannuels.

Hafid Fassi Fihri

 

Le peintre marocain Abdelaziz Lourhraz fait sensation en Égypte

0

L’Ambassadeur du Maroc en Egypte, Ahmed Tazi a inauguré mercredi la deuxième édition de l’exposition International  « unités vie 2 » au  Centre des Arts Gezira à Zamalek, où il résume l’exposition d’art de message à faire tomber les barrières entre les nations pour lutter contre l’idée de racisme, cette exposition a été marqué par la présence également du conseiller du Centre culturel de l’Autriche Mohamed Khamis et le directeur du Centre des Arts Al Jazeera, Amir Al-Leithi.

Un grand nombre d’œuvres d’art et de peintures a été exposé, signés par des artistes de divers horizons (Egypte, Autriche, Roumanie et Maroc) qui avait comme thème la lutte contre l’idée de l’intolérance et le racisme. 

Le peintre marocain, Abdelaziz Lourhraz originaire d’Agadir s’est distingué parmi les autres artistes représentants d’autres pays participants. Sa démarche picturale y a été fortement applaudie et encouragée pour son originalité et sa manière de traiter le sujet de l’exposition.

L’artiste marocain a tenu à préciser à actu-maroc ; « Je me suis totalement impliqué dans cette exposition vu que je suis un militant engagé contre le racisme et l’intolérance. Ce que j’ai peint n’est que le pur reflet de mes convictions.  »

المعرض الدولى وحدات الحياة
افتتاح النسخة الثانية من معرض وحدات الحياة
جانب من الافتتاح
افتتاح معرض وحدات حياة
افتتاح معرض وحدات الحياة فى نسخته الثانية
الأعمال الفنية المشاركة
استعراض الأعمال الفنية بالمعرض
افتتاح المعرض
شرح للأعمال الفنية المشاركة

Prison à vie pour Youssef Al-Qaradawi, le prédicateur égyptien

0

Le président de l’Union mondiale des savants musulmans a été condamné ce mercredi par un tribunal militaire égyptien pour son implication dans l’assassinat d’un officier de police au Caire en 2015.

D’après une source judiciaire citée par l’agence de presse turque Anadolu,  « le tribunal militaire du nord du Caire a condamné, mercredi, 8 civils à mort (dont 4 étaient présents et 4 par contumace) incluant Youssef Al-Qaradawi (par contumace) après avoir été reconnus coupables dans l’affaire de l’assassinat du colonel Wael Tahoun, dans l’est du Caire en 2015 ».

 Le président de l’Union mondiale des savants musulmans a été reconnu coupable de « participation à un crime en incitant à la violence et au meurtre, en diffusant des fausses nouvelles, en plus de l’endommagement des biens publics« .

Deux membres du Bureau d’orientation de la confrérie des Frères musulmans ont également été condamné à des peines de prison à perpétuité. il s’agit d’Abderahman Albar et Mahmoud Ghizlan.

Le baron de la drogue qui s’est évadé d’un hôpital de Rabat rattrapé

0

Condamné à 10 ans de prison, le narcotrafiquant Ahmed A. avait réussi à quitter l’hôpital où il avait été admis depuis décembre.

Surnommé Chérif Laaroussi, Ahmed A. a été rattrapé par la police après une cavale de deux jours, annonce la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué. Les éléments de la police judiciaire, aidés par les renseignements de la Direction générale de la surveillance du territoire(DGST), ont réussi à interpeller le fugitif, qui avait réussi à tromper la vigilance des autorités  au CHU Ibn Sina de Rabat samedi dernier.

La police a retrouvé le trafiquant à Tanger, en compagnie de sa femme. Il a été arrêté ce mercredi après-midi et fait actuellement l’objet d’une enquête judiciaire sous la supervision du parquet. Les autorités tentent de déterminer les personnes ayant facilité son évasion.

Une enquête administrative a été ouverte en parallèle pour mettre en lumière les manquements et dépassements éventuels dans le système de surveillance policière mis en place.

Contrairement à ce que nous avions rapporté dans un premier temps, Ahmed A. était incarcéré à la prison de Arjat près de Rabat et avait été condamné à 10 ans de prison, ajoute le communiqué.  Il a fui le service neurologie du CHU lundi soir, où il était en observation médicale depuis le 24 décembre dernier, précise la DGSN.

BAD: la croissance au Maroc serait de 3,1 % en 2018

0

La croissance du PIB réel du Maroc devrait s’établir à 3,1 % en 2018, contre 4,1 % en 2017, une année où la saison agricole a « été exceptionnellement bonne », selon la Banque africaine de développement (BAD).

Une grande partie de la croissance réalisée en 2017 « serait portée par la hausse de la valeur ajoutée de l’agriculture qui a progressé de 16,1 % en 2017 », indique un rapport de la Banque sur les perspectives économiques en Afrique – 2018, présenté mercredi dans la métropole économique ivoirienne, Abidjan.

« En plus des conditions climatiques favorables, l’excellente performance du secteur agricole en 2017 est liée à l’augmentation de 52 % de l’utilisation des semences certifiées (1,66 million de quintaux contre 1,09 million en 2016) et aux bonnes performances de l’élevage, des cultures maraîchères, des fruits et de la pêche », ajoute la BAD.

Concernant la valeur ajoutée non agricole, « elle a progressé plus doucement (3,1 %), mais sa croissance a été supérieure à celle de 2016 (2,2 %), tirée principalement par les services et les activités extractives » , selon le rapport.

Quant à « l’évolution des indicateurs macroéconomique », la BAD précise qu’en 2017, le Maroc a poursuivi sa politique d’assainissement des finances publiques entamée en 2011, soulignant que le déficit budgétaire devrait atteindre 3,6 % du PIB en 2017 contre 4,1 % en 2016, et est projeté à 3 % en 2018.

Les échanges extérieurs devraient s’améliorer par rapport à 2016 grâce à la baisse des importations de blé, due à la hausse de la production et à la limitation des importations, et à l’évolution des exportations résultant des “nouveaux métiers” dans l’automobile, l’aéronautique, et l’électronique, entre autres.

En prix constant, estime le rapport, les exportations devraient augmenter de 5,1 % en 2016 à 6,6 % en 2017, puis à 6 % en 2018. Malgré l’alourdissement de la facture énergétique (30 % en 2017), la croissance des importations est descendue à 5,7 % en 2017 contre 7,2 % en 2016, en raison d’une diminution de 22 % des importations céréalières.

Concernant le déficit du compte courant, il est estimé à 4 % du PIB pour 2017 contre 4,4 % en 2016. Cette amélioration, explique la BAD, est due à l’augmentation de l’investissement direct étranger (32 %) et aux envois de fonds des migrants (2 %) par rapport à 2016.

Par ailleurs, la dette publique est en baisse et estimée à 63 % du PIB pour 2017 contre 64,7 % en 2016. Selon la BAD, l’inflation devrait rester faible (0,7 %) en 2017.

Déclinant une série de « facteurs positifs » pour l’économie nationale, la BAD indique que le Maroc s’est engagé dans la mise en oeuvre d’une décentralisation fiscale, une réforme complète de la fonction publique, un contrôle renforcé des entreprises publiques et un meilleur ciblage des dépenses sociales pour protéger les couches vulnérables de la population.

Aussi, les stratégies sectorielles lancées par le Maroc à la fin des années 2000 pour transformer son économie et renforcer sa résilience « donnent leurs résultats ».

De même, le plan Maroc vert a permis de diversifier les sources de croissance et d’augmenter la productivité agricole, renforçant ainsi la résilience du PIB agricole. En 2017, une nouvelle charte d’investissement a remplacé celle de 1995, pour faire du plan d’émergence industrielle un plan d’accélération industrielle.

« Le développement du secteur automobile grâce à l’attraction de l’investissement direct étranger, des coentreprises et de l’intégration industrielle locale commence à faire des émules dans d’autres secteurs, tels que les énergies renouvelables », note la BAD.

Articles de la semaine