A la Une : la réforme des transports scolaires

A la Une : la réforme des transports scolaires

264
0
PARTAGER

Près de deux semaines après l’accident d’un bus scolaire qui a causé la mort de 19 enfants de maternelles dans la province du Gansu, la pression de l’opinion publique a des répercussions sur le discours du Premier ministre chinois, affirme le South China Morning Post à Hong-Kong.

Renforcer la sécurité

« Wen Jiabao donne un mois au bureau des affaires législatives pour imposer de nouveaux règlements en matière de transports scolaires », titrent en cœur le Xinjinbao (Beijing News), le Jinghuashibao (Beijing Times) et le Nanfang Dushibao (Journal du Sud), suite à l’allocution prononcée dimanche 27 novembre lors de la cinquième conférence nationale sur les femmes et les enfants. Selon ces trois quotidiens, il s’agit aujourd’hui non seulement de renforcer les normes de sécurité, de collecter des fonds afin d’acheter de nouveaux véhicules, mais aussi d’envisager des punitions plus strictes pour les responsables des collectivités qui refusent de se plier au nouveau règlement.

« Il faut renforcer la sécurité sur les campus et dans les transports scolaires », explique de son côté le Journal de la jeunesse chinoise, qui revient notamment sur les incendies récents dans les facultés. Outre la collision entre un camion et un mini-van surchargé dans le Gansu, le 16 novembre dernier, deux autres accidents ont défrayé la chronique récemment : le 26 septembre, sept collégiens sont morts lors d’un accident d’un bus scolaire dans le Shanxi, et le 26 novembre, 35 enfants ont été blessés dans la province du Liaoning.

Dans ce contexte, le don de 23 bus scolaires à la Macédoine a provoqué l’ire des internautes, affirme le Global Times. Le site d’information Yanzhao Dushi met en relation les « bus luxueux » offerts à Skopje avec les camionnettes surchargées des écoles chinoises. Le Xinkuaibao évoque des « enfants macédoniens heureux » et cite un internaute étonné : « Vous bénéficiez aujourd’hui de l’aide d’un pays dont le PNB par habitant et le budget de l’éducation est sans commune avec le votre. Vous êtes le pays le plus pauvre d’Europe mais vos enfants sont beaucoup plus heureux que ceux de la deuxième économie mondiale ».

Crise en Europe

La crise en Europe inquiète les experts de l’Académie chinoise des sciences sociales (ACSS). Le Global Times rapporte la grande interrogation de ces chercheurs : « est-ce que la crise actuelle va conduire à la fin de l’euro ou au contraire va-t-elle se traduire par une plus grande intégration du continent ? »

Ce « quitte ou double » entraine des avis partagés. Pour Cui Hongjian, directeur du département des études européennes au sein de l’Institut chinois des études internationales, « la crise de la zone euro pourrait coûter une décennie de développement à l’Europe ».

« Il y aura forcement un impact négatif à court terme et certains membres devront peut-être sortir de l’Union, indique de son côté Il Wang. Mais à long terme, estime ce chercheur à l’Institut des études européennes de l’ACSS, la crise pourrait renforcer l’intégration ».

« Les crises financières précédentes en Amériques du Sud et en Asie ont montré que la façon la plus efficace pour stimuler la croissance est de promouvoir les exportations en dépréciant la monnaie, poursuit Jiang Shixue. Le problème, c’est que les Européens ne peuvent adopter cette approche et cela compromet les chances de sortir de la crise », précise le directeur adjoint de l’Institut des études européennes.

Bourdes officielles

Le Shandong Shangbao s’intéresse de son côté aux perles de la communication gouvernementale. Le quotidien des affaires de la province du Shandong fait la liste des « réponses les plus étonnantes formulées par l’administration ». Ce sont les internautes qui ont envoyé les textes. Au sujet d’un problème de cantine scolaire, un parent d’élève s’est vu répondre : « Vas-y ! Tu n’as qu’à faire la cuisine toi-même ! ». Un lecteur qui voulait dénoncer un officiel corrompu a reçu une lettre lui expliquant très sérieusement que de toute façon « il est bien de perdre l’argent de l’Etat au casino, car au final, c’est l’Etat qui gagne dans tous les cas ». Un autre qui demandait une certification officielle pour un document aurait vu arriver chez lui un message tout ce qu’il y a de plus spontané : « Corromps-moi et je règle le problème pour toi! ».

rfi_________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires