Une nouvelle victoire pour les homosexuels aux Etats-Unis

Une nouvelle victoire pour les homosexuels aux Etats-Unis

195
0
PARTAGER

Et de 7 ! L’Etat de Washington dans le nord-ouest des Etats-Unis est le septième Etat à légaliser le mariage homosexuel. « La loi a été votée à la Chambre des représentants, elle attend la signature du gouverneur Chris Gregoire », titre The Seattle Times. Mais la signature du gouverneur ne fait aucun doute, elle-même étant en faveur de la loi. Elle a 5 jours pour signer le texte et devrait annoncer dès aujourd’hui quand elle le fera. Le vote a été relativement large : 55 votes pour et 43 contre. C’est une victoire personnelle pour Jamie Pederson membre de la Chambre des représentants de l’Etat de Washington qui s’est battu pour l’adoption du projet de loi. The Seattle Times souligne que le principal obstacle pour le texte c’était le vote du Sénat, or, même là, le texte est passé avec une confortable avance de 28 voix pour et 21 contre. Le texte entrera en vigueur le 7 juin prochain, 90 jours après la fin de la session parlementaire.

Les Etats-Unis en perte de vitesse dans le Pacifique ?

Les contraintes budgétaires vont-elles obliger les Etats-Unis à revoir leurs projets de bases militaires dans le Pacifique ? C’est ce que croit savoir le Washington Post. Le journal a obtenu des informations de responsables américains et japonais, qui estiment que les Etats-Unis pourraient être amenés à revoir leurs ambitions à la baisse, non seulement pour des raisons financières mais aussi politiques. Un accord a déjà été annoncé hier entre les deux pays, accord qui prévoit le retrait de 8 000 Marine’s de la base japonaise d’Okinawa. Cela fait des années que la présence de cette base américaine, très impopulaire sur l’île, créait des tensions entre les deux pays. Cette décision arrive après des années de négociations pour trouver un autre site. « A cette incapacité de Washington de négocier une nouvelle base à Okinawa, vient s’ajouter l’abandon de l’extension de la base de Guam toujours dans le Pacifique. Cela montre, explique le Washington Post, les défis auxquels est confrontée l’administration Obama pour trouver une base stratégique dans le Pacifique après 10 ans de guerre en Afghanistan et en Irak ».

Guantanamo se met au vert

On reste dans le registre de la base militaire américaine, avec Guantanamo mais vue sous un autre angle. Un angle tout à fait étonnant qui fait la Une ce matin du Miami Herald qui précise : « Guantanamo, l’endroit où il y a des camps de prisonniers, se met au vert ». Ne croyez pas que la base ouvre ses portes aux prisonniers ou qu’elle leur offre un nouveau régime alimentaire, non, la base se met à l’écologie. « Ce petit coin reculé de l’île de Cuba, écrit le journal, était connu pour être un laboratoire du Pentagone en matière de justice et d’interrogatoires, mais l’US Navy est en train d’engager des expérimentations moins controversées pour diminuer la consommation de fuel qui atteint 100 000 dollars par jour ». « Et c’est ainsi que ce sont des lampadaires solaires qui éclairent la frontière avec Cuba et que les policiers de l’US Navy patrouillent en VTT plutôt qu’en 4X4 couteux ». Pas sûr tout de même que cela suffise à redorer le blason de cette base.

Pas d’esclavage pour les orques de Sea World

Quand un animal participe à des shows destiné au public, cela peut-il être assimilé à de l’esclavage ? C’est la question à laquelle devait répondre la justice américaine hier. C’est une association de défense des animaux PETA, qui avait engagé cette action auprès de la justice au nom des orques qui font tous les jours le spectacle dans le parc de Sea World à San Diego en Californie. L’association PETA se référait au 13e amendement de la Constitution des Etats-Unis qui interdit l’esclavage. Et c’est le Los Angeles Times qui s’en fait l’écho aujourd’hui : le juge a débouté l’association car la loi, estime-t-il, est faite pour les humains, pas les animaux. Le parc d’attraction Sea World, qui présente ces orques, avait estimé que si la justice donnait raison à l’association, il faudrait aussi poursuivre l’armée ou la police qui utilisent des chiens dans leurs missions quotidiennes. L’argument a sûrement porté.

L’homme politique est un chimpanzé comme les autres

Le paléoanthropologue français Pascal Picq, spécialiste de la politique est interviewé par le journal québequois Le devoir et il affirme que : « Les politiciens se rapprochent désormais des maîtres de la politique sans langage, c’est-à-dire les chimpanzés ». A trois mois de la présidentielle en France, les candidats apprécieront. C’est d’ailleurs le sujets du livre que Pascal Picq vient de publier et qui s’intitule : « L’homme est-il un grand singe politique ? » aux éditions Odile Jacob. A lire absolument avant de voter en France ou au Canada où Le Devoir  trouve un certain nombre de ressemblances avec des personnages politiques ayant existé et existant encore.

rfi.fr__________________

 

 

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires