PARTAGER

Aveuglés par une profonde haine à l’égard du Maroc, le président Algérien, Abdelaziz Bouteflika et son entourage ayant acquis une longue expérience dans les complots internes au régime, mettent une hargne jamais atteinte dans une guerre diplomatique contre le royaume pour l’empêcher de retrouver sa place naturelle et légitime parmi la famille africaine. Cette guerre n’est pas nouvelle puisque elle remonte aux premiers pas du roi Mohammed VI sur le continent avec des périples qui ont eu pour effet d’intensifier la propagande algérienne qui est allé jusqu’à traiter le Maroc de nouveau colonisateur en Afrique.

Allant crescendo, l’offensive algérienne contre le royaume a atteint son paroxysme quand Rabat a décidé, avec tous les moyens légaux que lui accorde son statut, de retrouver sa place au sein de l’Union Africaine quittée plusieurs décennies plus tôt en raison de l’orchestration, toujours par l’Algérie, d’une campagne africaine et internationale contre le Maroc au profit des indépendantistes du Polisario et de l’instrumentalisation d’un bloc d’états africains qui ont poussé Rabat à quitter son siège.

Une politique de la chaise vide qui ne s’est pas avérée payante, mais oubliée aujourd’hui, au grand désarroi d’Alger, qui voit en ce retour, une perte de terrain pour elle et des développements qui ne servent pas ses intérêts.

Par Jalil Nouri

Commentaires