A Madrid, un budget de rigueur pour réduire le déficit

A Madrid, un budget de rigueur pour réduire le déficit

327
0
PARTAGER

« Nous sommes face à une situation limite. Notre première obligation est de revenir à des comptes publics assainis », a déclaré la porte-parole du gouvernement, Soraya Saenz de Santamaria, à l’issue du Conseil des ministres.

L’objectif de ce budget 2012 est de ramener le déficit public, qui est aujourd’hui à 8,5% du produit intérieur brut (PIB), à 5,3% à la fin de cette année et sur le seuil des 3% du PIB en 2013.

Madrid est donc encore loin des critères très stricts du fameux pacte de stabilité, qui impose un déficit public inférieur à 3% du PIB. Quatrième économie de la zone euro, l’Espagne enregistre également un chômage record, le plus élevé de l’Union européenne. Plus de 5 millions sont à la recherche d’un emploi, soit un taux de 23% de la population active.

27 milliards d’économies en 2012

Ce budget devrait permettre au gouvernement Rajoy de retrouver une certaine crédibilité auprès de ses partenaires européens, mais pas auprès du peuple espagnol déjà très éprouvé par deux ans de politique de rigueur. Les fonctionnaires espagnols sont les premières victimes de cette politique de rigueur. Leurs salaires seront à nouveau gelés en 2012, comme ils l’étaient déjà en 2011 après avoir été réduits de 5% en 2010.

La plupart des départs à la retraite ne seront pas remplacés. Par ailleurs, les budgets des ministères seront réduits de 16,9%. Le plus touché étant celui de l’Equipement, qui sera amputé de 34,6%.

Le reste de l’effort devrait provenir des régions et des municipalités. Au total, ce sont plus de 27 milliards d’économies qui ont été annoncés et qui vont s’ajouter au 8,9 milliards d’euros de coupes budgétaires déjà décidés.

Hausse d’impôts

Pour redresser les comptes, le gouvernement Rajoy mise sur de nouvelles recettes, parmi lesquelles on trouve une augmentation de 4,3% de l’impôt sur le revenu et une hausse de 17,8% de l’impôt sur les sociétés. Le gouvernement a également annoncé la création d’une taxe spécifique sur les fonds rapatriés de l’étranger et des taxes sur le tabac.

Cette mesure devrait rapporter 2,5 milliards d’euros. En revanche, pour ne pas nuire à la consommation et à la reprise économique, le gouvernement a décidé de maintenir la revalorisation des pensions de retraite, de maintenir les prestations chômage et de ne pas augmenter la TVA.

Les débats autour de ce budget risquent d’être nourris. D’autant que jeudi, la banque Citygroup a émis des doutes sur la capacité de Madrid d’atteindre ses objectifs de l’année, et estime que l’Espagne aura « probablement » besoin, comme la Grèce, le Portugal et l’Irlande, d’une aide internationale avant la fin de l’année.

 

 

 

rfi.fr ___________

 

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires