PARTAGER

Le nouveau parti de gauche à peine sorti du testament politique de Ahmed Zaidi, l’ancien opposant à l’actuelle direction de l’USFP, a été contraint de se dissoudre par le ministère de l’intérieur qui a justifié sa décision par une longue liste d’irrégularités en matière de procédures lors de la création de la formation « Alternatives Démocratiques » qui s’est choisie pour coordonnateur national, Ali Lyazghi, un transfuge du parti de la rose avec qui il était en conflit pour des divergences sur le programme politique.

La demande de dissolution de la formation a fait l’effet d’une bombe au sein de la classe politique qui y voit le début d’une ère de l’interdiction de nouvelles formations dans un paysage qui en compte déjà plus d’une trentaine.

La direction du nouveau né de la scène partisane compte bien sûr faire appel de cette décision du ministère de l’intérieur en interjetant appel au niveau du tribunal administratif. S’il n’obtient pas gain de cause, le parti socialiste de troisième génération comme l’appellent certains, promet de gâcher les prochaines élections législatives avec des mouvements de protestation inédites.

 

Commentaires