A QUOI PEUT SERVIR LE MINISTRE EL OUAFA ?

A QUOI PEUT SERVIR LE MINISTRE EL OUAFA ?

358
0
PARTAGER

Mohammed El Ouafa, un marrakchi fort en gueule, absent de la scène politique pendant de nombreuses années pour les besoins de son poste d’ambassadeur du Maroc à New-Delhi, Téhéran et Brasília, n’a jamais été un dirigeant de premier rang au sein de sa formation et n’a pas pu se hisser à la tribune officielle que grâce à l’ancien dirigeant Abbes El Fassi dont il est très proche au niveau familial. Nommé à contre-emploi dans le précédent gouvernement au poste de ministre de l’éducation nationale, un passage marqué par de nombreuses frasques et peu de résultats probants, l’homme se voit choisi pour occuper dans l’actuel gouvernement, un poste sensible qui nécessite du doigté et des connaissances en matière économique, ce qu’il est loin de posséder.

Mais c’est lui qui monte au créneau à chaque fois qu’il s’agit de détailler des mesures impopulaires comme les augmentations des prix des carburants et des produits de première nécessité ou casser le dialogue avec des corporations comme celle des boulangers qui le lui rendent en décidant une grève de deux jours et de manière générale, c’est à lui qu’on fait appel pour en découdre avec les députés de l’opposition au parlement en général et avec ceux de son ancien parti en particulier. C’est ce qu’il vient de faire en créant un grand scandale au parlement, loin des pratiques qui doivent être de mise dans une telle institution.

C’est ainsi qu’émergent quelques pistes de réflexion qui pourraient expliquer pourquoi le premier ministre a choisi un tel profil qui n’appartient à aucun parti, qui ne relève pas du groupe des ministres technocrates et qui de surcroit traine des casseroles pour ses déclarations fracassantes à l’emporte-pièce et ses erreurs de jugement dans des dossiers sensibles. En fait, il servirait à endosser les décisions les plus impopulaires prises par le gouvernement pour éviter que ce soi un ministre islamiste qui ne le fasse et en subisse les conséquences mais également à asséner des coups à son ancien parti désormais dans l’opposition. Ce rôle de fusible, il semble s’en accommoder et le jouer à volonté sans se faire prier pour exécuter toutes les tâches ingrates pour peu que cela lui permette de rester ministre.

Imprévisible et porté sur les agressions verbales, ne connaissant guère les règles de bienséance et celles que lui impose sa fonction, il donne une piètre image de celle-ci tout en continuant à constituer un risque certain pour l’image du gouvernement et sa stabilité. Un vrai danger auquel le premier ministre n’est pas prêt de retirer toute sa confiance.

 

Jalil Nouri

Actu-maroc.com____________________

Commentaires