ACCIDENTS DE LA ROUTE : QUAND LA JUSTICE EN FAIT TROP.

ACCIDENTS DE LA ROUTE : QUAND LA JUSTICE EN FAIT TROP.

298
0
PARTAGER

C’est là où l’affaire se complique car le conducteur de cette dernière fait l’objet, depuis, de multiples tracasseries comme s’il en était réellement l’auteur. Répondant à d’incessantes convocations par la gendarmerie et le tribunal, il cherche à en connaître les raisons, si raisons il y a, alors qu’il est parfaitement établi que l’accident a été provoqué par le conducteur du premier véhicule, le constat de la gendarmerie faisant foi et à l’abri de toute contestation.

Mais voilà, notre système judiciaire a ses raisons que la raison ne connait point. Si le corps de la victime a été projeté sur son véhicule, il est dit nulle part qu’il tient une part de responsabilité quelle qu’elle soit dans ce drame. Pourtant et depuis le jour de cet accident, il est sommé de répondre à ces convocations qui constituent pour lui un vrai calvaire aux multiples conséquences sur les plans psychologique et professionnel.

Déjà insulino dépendant, ces différents allers-retours au tribunal affectent encore plus sa santé et l’ont mis dans une situation de désarroi sans pareil et l’ont obligé à rester alité, ne sortant que pour répondre aux convocations à répétition. Traumatisé psychiquement et ne sachant plus à quel saint se vouer, il est à présent suivi par un spécialiste pour le soulager de cette épreuve à laquelle il ne s’attendait guère et qui semble faire de lui un coupable bis de cet accident auquel il a eu le malheur d’assister au moment des faits. De plus, étant totalement absorbé par cette affaire abracadabrante s’il en est, son entreprise pâtit de son absence avec les conséquences financières que l’on peut deviner. Un état de santé en dégradation et une activité professionnelle tournant au ralenti, voilà de quoi craindre le pire par la faute de ces chicaneries dont on peut s’interroger sur les véritables motivations et la logique sous-jacente.

Car appelé en tant que témoin, notre homme ne fait que ressasser les mêmes choses devant le juge qui reste insensible aux torts que lui cause cette tournure tout à fait inattendue de l’affaire qui a semé le doute dans son esprit jusqu’à lui faire croire dans son subconscient qu’il tient une part de responsabilité quelconque dans cet accident malheureux aux conséquences incalculables.

Reste à savoir à présent quand se terminera ce calvaire et cette situation kafkaïenne que rien ne peut justifier. Il ne faut souhaiter à personne de se retrouver par accident, c’est le cas de le dire, au centre de telles complications qui accentuent l’incompréhension entre la justice et les justiciables.

Jalil Nouri pour Actu-maroc.com _____________________

 

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires