PARTAGER

Les premiers signes de tension se sont révélés au grand jour au sein de l’Union Africaine entre les délégations du Maroc et l’Algérie, ce qui laisse craindre de fortes altercations lors des débats au sein de cette instance africaine que le Maroc vient de rejoindre après des dizaines d’années d’absence.

Lors de la réunion du conseil exécutif tenu la fin de la semaine dernière, le Polisario qui y siège toujours a remis sur la table un ancien texte demandant l’envoi d’une commission d’enquête dans les provinces sahariennes marocaines, encouragé en cela par l’Algérie et une poignée de pays amis qui suivent les diplomates algériens au pas et à l’œil, sautant sur le moindre prétexte pour se mobiliser contre le Maroc et ses intérêts. Il n’en pas fallu plus pour que les esprits s’échauffent de part et d’autre avant que le vote sur le texte des séparatistes et leurs soutiens ne passe à la trappe, mais non définitivement puisque les séparatistes reviendront à la charge en permanence avec des propositions dont le seul but est de mettre le royaume sur le banc des accusés. Pourtant et tout juste avant cette altercation, les choses s’étaient bien déroulées entre les chefs des diplomates algériens, Abdelkader Messahel et marocain, Hassan Bourita, dans un climat de courtoisie avant que le clash n’ait lieu en plénière.

Commentaires