PARTAGER

La communauté musulmane d’Europe est sous le choc depuis quelques jours après les révélations faîtes par une supposée victime d’un viol avec violence de la part du célèbre et très médiatique théologien et islamologue de nationalité suisse Tarik Ramadan.

Donnant des conférences dans le monde entier sur un islam ouvert et tolérant, c’est à l’occasion de l’une d’entre elles organisée à Paris, qu’il aurait fait la connaissance de Henda Ayari, une ancienne salafiste, avant de la conduire dans sa chambre d’hôtel pour abuser d’elle contre son plein gré en ayant recours à la violence et à la brutalité d’actes indécents contre lesquels elle n’a pas osé porter plainte à ‘époque des faits. Un peu plus tard et dans son livre paru en 2016 sous le titre « J’ai choisi d’être libre », la femme de 40 ans évoque ce traumatisme qui continue de la hanter, mais parle d’un certain Zoubayer pour ne pas accuser nommément Tariik Ramadan, de peur de représailles, précise-t-elle sur sa page facebook dans laquelle elle revient sur cette agression sexuelle qui fait couler beaucoup d’entre actuellement, l’homme étant un sujet d’intérêt important pour les médias européens en raison de son statut de symbole de l’islam.

Niant les faits par le biais de son avocat, Tarik Ramadan a promis de riposter à ce qu’il  considère comme des « accusations calomnieuses » pour nuire à son image. Henda Ayari, elle, continue de clamer que Zoubayer est bel et bien Tarik Ramadan et qu’elle le prouvera dans sa plainte devant les tribunaux.

Commentaires