ACHOURA : UNE FÊTE EXPLOSIVE A EVITER

ACHOURA : UNE FÊTE EXPLOSIVE A EVITER

1565
0
PARTAGER

Chaque année, ce sont les mêmes scènes de jeux d’enfants qui se transforment en accidents tragiques pour des passants lambda dont le seul tort est de se retrouver là où il ne faut pas au moment où il ne faut pas. Ce moment est celui choisi par les enfants pour allumer et jeter à l’aveuglette leurs pétards et autres objets assourdissants et aveuglants vers des personnes de passage qui se voient atteints, gravement parfois, et conduits dans des hôpitaux qui connaissent des affluences importantes pendant toute cette période qui précède cette fête qui charrie par ailleurs tant de fantasmes dans l’imaginaire collectif.

Ces deniers jours ont donc été cauchemardesques pour certaines victimes blessées au visage et dans d’autres parties du corps, brûlées à des degrés divers quand il ne s’agit pas de femmes enceintes qui perdent leurs bébés en raison d’explosions assourdissantes. Le bilan de cette année, aussi catastrophique que les précédentes certainement, n’a pas encore été établi, mais il faut parier qu’il sera lourd. A tel point que plusieurs voix s’élèvent pour demander à ce que l’Achoura ne soit plus fêtée à cause des incidents qu’elle engendre, sans que rien ne soit fait pour l’instant pour les éviter.

Certes , les autorités ont essayé d’éradiquer le mal à la source en interdisant la vente des produits explosifs en tous genres aux enfants. Mais rien n’y fait et les commerçants grossistes du quartier Derb Omar à Casablanca continuent d’importer de Chine des containers entiers de ces produits dangereux avant de les distribuer sur l’ensemble du territoire au profit de revendeurs qui ne craignent pas les foudres et les mesures répressives des forces de l’ordre qui ne peuvent rien contre les très jeunes utilisateurs de cette panoplie de jouets dangereux.

Ce n’est pas là le seul aspect négatif de cette célébration. Elle est également synonyme chez une partie de la population de déploiement de toutes les recettes de sorcellerie qui mettent au centre de leurs effets supposés, la fidélité des hommes. Une tradition bien ancrée chez les femmes qui y ont recours et qui perpétuent le mythe de l’efficacité de leurs recours à la sorcellerie. Cette fête n’ a aucun caractère strictement religieux, alors autant s »en dispenser.

 

 

Pour actu-maroc.com_______________

 

 

 

 

Commentaires