Actes de vandalisme lors des manifestations du 20 février : les fauteurs...

Actes de vandalisme lors des manifestations du 20 février : les fauteurs de troubles devant la justice

316
0
PARTAGER

Tétouan: dix neuf personnes, poursuivies pour actes de vandalisme, de pillage et de sabotage à Tétouan et Chefchaouen, le 20 février dernier, ont comparu, jeudi matin, devant la chambre criminelle prés la cour d’appel de Tétouan.

Selon la défense, ces personnes (13 de Tétouan, et 6 de Chefchaouen), sont poursuivies notamment pour « désobéissance civile », « outrage à la police judiciaire » et « constitution d’une bande de criminels ».

Deux des mis en cause de Tétouan et un de Chefchaouen ont des antécédents judicaires. La cour, à la demande de la défense, a décidé le report de la séance au 3 mars prochain.

A signaler que plusieurs actes de vandalisme ont été enregistrés à Tétouan dimanche dernier, la plupart ayant pris pour cible la société chargée de la gestion de l’assainissement et de la distribution d’eau et d’électricité à Tétouan, Amendis dont trois agences et le siège principal ont été saccagés et une quinzaine de véhicules détruits. Il en est de même de certaines agences bancaires et de commerces.

Plusieurs interpellations ont eu lieu, la plupart de mineurs qui ont été remis à leurs parents.

Sefrou: une personne a succombé à ses blessures mercredi après avoir été atteinte lors des actes de vandalisme qu’a connus la ville le 20 février.
La victime (KC) est morte lors de son transfert de Sefrou vers l’un des hôpitaux de la ville de Fès.

Une autopsie sera effectuée sur le corps de la victime et une enquête a été ouverte sur ordre du parquet pour élucider les circonstances du décès.

Fès: quelque 19 fauteurs de troubles, impliqués dans les actes de sabotages qui se sont déclenchés en marge de la manifestation du dimanche 20 février à Fès, ont été traduits mercredi devant la justice, apprend-on de source judicaire.

Parmi eux, 13 étudiants en état d’arrestation ont été déférés devant la cour d’appel de Fès, qui a décidé, ce jeudi, de fixer la date de la première audience au 2 mars prochain.

Six autres fauteurs de troubles comparaitront le 3 mars devant le tribunal de première instance de la ville.

Les mis en cause sont poursuivis, entre autres, pour « participation à une manifestation non-autorisée », « vol qualifié », « destruction de biens publics » et « atteinte à l’ordre public ».

Khémisset: trente quatre personnes dont 20 mineurs impliqués dans les actes de vandalisme ayant émaillé la manifestation du 20 février ont été arrêtées, mercredi à Khémisset, apprend-on auprès des autorités locales.

Ces émeutiers sont impliqués dans les actes de vandalisme ayant causé d’importants dégâts matériels et ciblant notamment deux établissements bancaires et cinq voitures des Forces auxiliaires et des Forces de l’ordre, précise-t-on de même source.

Treize éléments des Forces auxiliaires et des Forces de l’ordre ont été blessés lors de ces actes de violences.

Al-Hoceima: le juge d’instruction près la Cour d’appel d’Al Hoceima a ordonné mercredi soir l’incarcération de 38 personnes, accusées d’être impliquées dans des actes de vandalisme, de pillage et de sabotage commis dans cette ville les 20 et 21 février, a-ton indiqué de source judiciaire.

Ces personnes originaires d’Al Hoceima et d’Imzouren, sont poursuivies pour « constitution d’une bande de criminels et incendie volontaire d’établissements publics et de véhicules à moteurs, sabotage, attroupement armé, injure à un fonctionnaire, vol qualifié et consommation de drogues « .

Les mis en cause avaient été présentés mercredi devant le Parquet de la Cours d’appel d’Al Hoceima.

A rappeler par ailleurs que les corps calcinés de cinq fauteurs de troubles ont été retrouvés dans une agence bancaire incendiée à Al Hociema dans les troubles survenus lors des manifestations de dimanche dernier.

MAP_____________________

 

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires