PARTAGER

L’UE et la Turquie ont ouvert officiellement jeudi un nouveau chapitre dans leurs négociations d’adhésion, sur les questions budgétaires, l’une des contreparties au pacte migratoire controversé signé en mars entre Ankara et les Européens.


Adhésion de la Turquie à l'UE: un nouveau chapitre de négociation ouvert
Le ministre néerlandais des Affaires étrangères Bert Koenders, qui a présidé à cette avancée, a rappelé devant la presse qu’elle résulte de l’engagement pris par l’UE « à redynamiser le processus d’adhésion » de la Turquie, à la faveur d’un rapprochement sans précédent fin 2015 pour tenter d’endiguer la crise migratoire.

Le chapitre 33 concerne les questions budgétaires et financières, et porte à 16 sur 35 le nombre de chapitres ouverts dans ces négociations entamées en 2005 et qui piétinaient depuis des années.

Ce nouveau développement, attendu, a été acté en présence des ministres turcs des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu et des Affaires européennes, Omer Celik, qui ont assisté à une conférence intergouvernementale avec les représentants des 28 pays de l’UE.

La question de l’adhésion de la Turquie à l’UE était l’un des épouvantails agités par les partisans d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union dans la campagne pour le Brexit, qui assuraient qu’elle provoquerait une immigration de masse vers le pays.

Plusieurs dirigeants européens, à commencer par le Premier ministre britannique David Cameron, mais aussi la chancelière Angela Merkel, martèlent toutefois que cette adhésion n’est « pas à l’ordre du jour » et que ces négociations sont menées « avec une issue ouverte ».

En arrivant à la tête de la Commission européenne en 2014, son président Jean-Claude Juncker a lui exclu tout élargissement avant 2020.

Bruxelles et Ankara ont conclu le 18 mars un accord inédit et décrié, prévoyant le renvoi systématique de tous les migrants traversant la mer Egée vers la Turquie, même s’ils demandent l’asile, ce qui a fait chuter de manière spectaculaire les arrivées sur les côtes grecques.

En échange, les Européens se sont engagés à accueillir des réfugiés syriens directement depuis la Turquie.

Mais le président turc Recep Tayyip Erdogan a plusieurs fois menacé de dénoncer cet accord s’il n’obtient pas rapidement la suppression des visas pour les courts séjours de ressortissants turcs dans l’UE, également prévue sous certaines conditions.

Le 14 décembre 2015, les 28 pays de l’UE et la Turquie avaient déjà ouvert le chapitre 17, sur la politique économique et monétaire.

Commentaires