Agriculture : Le Maroc drague les importateurs russes

Agriculture : Le Maroc drague les importateurs russes

601
0
PARTAGER

Après le « World Food Moscow » à la mi-septembre, les exportateurs marocains préparent le Grand festival du Maroc à Moscou pour novembre prochain. Ce dernier -tout comme le précédant événement- a pour but de faire la promotion du « Made in Morocco ». Mais certains professionnels estiment que cette démarche devrait être couplée à la quête de solutions aux problèmes persistants.

Le Maroc renouvelle son opération de séduction auprès des importateurs russes. Les exportateurs chérifiens sont actuellement en pleine préparation de la 2ème édition du Grand festival du Maroc à Moscou qui se tiendra du 6 au 20 novembre prochain, a annoncé hier, jeudi 1er octobre, Maroc Export, lors d’une rencontre avec la presse.

Ce sera le deuxième événement du genre en l’espace de quelques mois, après la participation en septembre de 26 entreprises marocaines au World Food Moscow. Mais cette fois, l’accent est mis sur la proximité avec le consommateur. Pendant deux semaines, plus de 200 produits marocains seront exposés dans des magasins de la capitale russe. Après « le succès » de la première édition en 2014, Maroc Export s’attend à un retour encore plus positif cette année.

+20% des exportations suite à l’embargo sur l’UE ?

Le but ultime de ces déplacements est de renforcer la présence marocaine sur un marché à fort potentiel avec plus de 146 millions d’habitants. De plus, la Russie n’a toujours pas levé son embargo sur les produits provenant de l’Union européenne (UE). Suite à cette décision l’année dernière, les exportateurs marocains avaient vu une aubaine pour booster leurs ventes sur ce marché. Les données annuelles de l’Office des changes (OC) font cependant état d’une baisse de 35,6% des exportations en valeur d’agrumes et de 5,1% des exportations en valeur des tomates fraiches au 31 décembre 2014 par rapport à la même période l’année précédente.

Mais les professionnels raisonnant en termes de saison agricole, l’Association des producteurs et exportateurs de fruits et légumes assurent que la saison 2014-2015 a vu une augmentation des exportations marocaines vers la Russie en raison de l’embargo. « La hausse est d’environ 14 à 20%. Il y avait une forte demande, surtout la tomate, le concombre et à moindre mesure le poivron. La tomate cerise aussi est de plus en plus demandée. Les Russes l’importait d’Europe du Sud, avec l’embargo, ils ont gouté les tomates cerises marocaines et sont désormais demandeurs », déclare à Yabiladi le secrétaire général, Saad Silimani.

Des mesures s’imposent pour la suite

Actuellement, les opérateurs espèrent que le maintien de l’embargo leur permettra de grignoter encore plus de parts de marché pour la campagne 2015-2016. Certains, à Agadir, sont déjà en pleine négociation. « On a reçu des russes cette semaine pour discuter et voir à quelle date nous débuterons la campagne, les produits qu’ils souhaitent importer, les quantités… », nous confie un opérateur.

Mais si le Maroc a des opportunités à saisir sur le marché russe, les professionnels font toujours face à des difficultés. « La question de la logistique se pose toujours, l’assurance et le paiement. Ce n’est pas facile de travailler entre le rouble, le dollar et le dirham », explique M. Silimani, estimant que parallèlement au renforcement de la présence marocaine sur le marché russe, « il faut trouver des solutions pérennes à ces inconvénients pour davantage faciliter le commerce du Maroc vers la Russie ».

Jusqu’à présent, une seule desserte hebdomadaire assure de façon permanente la liaison entre Agadir et Saint-Pétersbourg. En 2014, deux dessertes supplémentaires ont été mises en place pendant la saison pour répondre à la forte demande russe suite à l’embargo. Selon l’APEFEL, le dispositif serait identique pour la saison 2015-2016.

 

Commentaires