PARTAGER

A peine promu à la présidence de la région Marrakech-Safi-Tensift-Al Haouz, l’étoile de l’ancien ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur, la recherche scientifique et la formation des cadres, voit son ascension se confirmer avec une très probable élection en janvier prochain à la tête de son parti, le PAM, pour prendre la succession de Mustapha Bakkoury. En vertu du règlement interne de cette formation, ce dernier doit céder son fauteuil de secrétaire général au cours du prochain congrès national du parti dont la date de la tenu est prévue pour les 22, 23, et 24 janvier 2016.

Ce choix d’Akhchichene sera difficilement acceptable pour l’actuel numéro 2, Ilyas El Omary, qui n’a jamais caché son ambition de devienir le patron de cette formation, mais les militants en décideront autrement faisant lui confiance au premier qui est resté très proche du fondateur du parti, Fouad Ali El Himma, conseiller du roi, et à qui, croit-on, il aurait donné un coup de main à plusieurs reprises pour la rédaction des derniers discours royaux qui tranchent avec ceux du passé. Ahmed Akhchichine qui est un communicant très reconnu et qui possède d’autres qualités reconnues arrivera à un moment crucial pour emmener son parti aux prochaines élections législatives pour les quelles il est donné gagnant face à un parti islamiste de l’actuel premier ministre qui n’a pas dit son dernier mot et dont il est le principal ennemi politique.

Actu-maroc.com Par Jalil nouri

Commentaires