Aid Al Mawlid illustre l’amour que vouent les Marocains au prophète

Aid Al Mawlid illustre l’amour que vouent les Marocains au prophète

391
0
PARTAGER

La commémoration de cette fête riche en symbolique et en spiritualité est également une occasion pour la nation, dans sa dimension religieuse, de faire le bilan de sa conduite et de son comportement, individuellement et collectivement, en rapport avec les préceptes de l’Islam et les valeurs morales auxquelles il appelle et dont le porte-flambeau et le sceau des prophètes, Sidna Mohammad.

Ainsi, les Marocains et à leur tête Amir Al Mouminine, SM le Roi Mohammed VI, descendant du prophète, tiennent à faire revivre cette occasion qui leur est chère dans une ambiance empreinte de spiritualité et de pure dévotion, notamment par l’organisation de rencontres dédiées à la lecture du Saint-Coran , à l’étude de ses versets, au Madih, à la déclamation et à la récitation de la tradition du prophète, mais également de processions religieuses, de soirées de Dikr dans les mosquées et de Moussems dans les Zaouias, à travers toutes les régions du Royaume.

Ne dérogeant pas la tradition, SM le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, a toujours tenu à célébrer, chaque année, cette occasion bénie, suivant l’exemple de ses glorieux ancêtres, en commémoration de la mémoire de leur aïeul, le prophète Sidna Mohammad, dont la naissance a été annonciatrice de l’avènement d’une nation qui demeurera à jamais la meilleure nation qu’a connue l’humanité, car elle prône la vertu et combat le vice.

A ce titre, le Moussem des cierges, dit de Sidi Abdallah Benhassoun, organisé chaque année sous le haut patronage de SM le Roi Mohammed VI par la Tariqa (Zaouia) Hassouniya dans la ville de Salé, pour célébrer l’anniversaire de la naissance du sceau des prophètes, constitue une tradition marocaine authentique qui traduit non seulement cet attachement du peuple marocain à son héritage, mais également la sublime vénération réservée par les Slaouis au prophète et à sa famille.

La veille de l’Aid, après la prière d’Al Asr, la procession des cierges, qui part du lieu où sont fabriquées les chandelles aux couleurs multiples, sillonne les artères de la ville en direction du Mausolée de Sidi Abdallah Benhassoun. Le soir même, après la traditionnelle « dance du cierge », un spectacle unique au rythme de la musique andalouse, les cierges sont allumés, dans une ambiance de chants de Samâa. En tête, marchent les Chorfa Hassouniyine, qui sont suivis des porteurs des cierges et accompagnés d’orchestres folkloriques et de troupes soufies.

Si les manifestations organisées à cette occasion diffèrent d’une ville à l’autre et d’une région à l’autre, il y a cependant des facteurs et des aspects communs à toutes les célébrations, à savoir l’utilisation des cierges et flambeaux, ainsi que les costumes traditionnels portés par tous pour aller dans les mosquées et lors des visites aux parents et amis. Les veillées religieuses sont également de mise, de même que les sorties et promenades avec famille et enfants.

L’occasion revêt par un ailleurs un caractère social particulier, marqué par les échanges de visites familiales et de rencontres dans la pure tradition marocaine, avec tout son cérémonial et sa richesse culinaire. D’autres coutumes liées à cette célébration viennent enraciner les valeurs d’authenticité de la culture marocaine, et surtout transmettre l’esprit qui en découle aux générations montantes, dont le grand ménage dans les maisons et la peinture des façades et portes.

En conclusion, la célébration de l’anniversaire de la naissance du prophète Sidna Mohammed demeure une illustration sincère certes de l’amour que lui portent les Marocains, mais également une expression par excellence de l’authenticité d’un patrimoine culturel profondément ancré dans l’histoire.

 

 

 

Actu-maroc.com

Commentaires