AID EL ADHA A TOUT PRIX

AID EL ADHA A TOUT PRIX

255
0
PARTAGER

 

C’est dire que le choix est large et qu’il y en a pour toutes les bourses. Même les plus dégarnies qui ont recours aux société de crédit qui rivalisent de taux pour les attirer, l’une d’entre elles allant même jusqu’à offrir le mouton à tout client qui sollicitera un prêt de plus de 40 000 dh.

Comme les années précédentes, le marché est bien approvisionné et les prix en hausse, en raison,dit-on, des augmentations enregistrées dans le prix des aliments pour bétail, alors que le nombre des animaux sacrifiés cette année est prévu pour avoisiner les 5 millions de têtes. Le rituel de la fête lui aussi ne change pas avec une ambiance et des habitudes d’achats bien ancrés chez les familles, prêtes à tous les sacrifices au sens propre comme au figuré. D’ailleurs cette fête a la particularité de drainer dans son sillage un train peu commun de dépenses allant des ustensiles de cuisine aux ingrédients alimentaires , en passant par l »achat d’appareils électro-ménagers nouveaux et d’effets vestimentaires pour enfants et adultes. Autant dire que les rares économies se tarissent pour l’occasion après que les tire-lires aient été cassées afin de ne manquer de rien.

Mais certaines familles changent de plus en plus leurs habitudes et préfèrent se dispenser des tâches ingrates imposées par le sacrifice du mouton, pour se replier sur les hôtels de Marrakech qui s’habituent de plus en plus en cette période à faire le plein avec des familles marocaines qioont les moyens conséquents pour se payer ces escapades aussi onéreuses que les dépenses liées à la célébration de la fête chez soi.

Pour celle-ci et plus d’une dizaine de jours à l’avance, le décor si particulier de l’Aid El Adha est déjà planté dans nos villes et les marchés abondent des produits les plus demandés pour l’occasion alors que dans la rue et les foyers les chefs de famille n’ont que ce sujet à la bouche et au milieu de toutes les conversations, c’est la même rengaine qui est entonnée, à savoir l’envolée des prix du bétail et la chèreté de la vie en général. Seuls ceux qui restent dans le besoin et qui ne participent pas à cette frénésie constituent une exception qui ne confirme pas la règle .

 

Jalil Nouri pour actu-maroc.com

 

 

Commentaires