PARTAGER

Le chef du gouvernement a finalement ravalé sa langue et s’est déclaré vaincu dans l’affaire de « L’article 30″ qui l »oppose à son ministre de l’agriculture, le milliardaire Aziz Akhanouch, qui lui a ôté le droit dans la future loi de finances d’interférer dans la gestion du Fonds de Développement du Monde Rural, un droit que lui donne pourtant la constitution de 2011.

L’affaire qui a commencé à prendre des proportions considérables et pour laquelle Abdelilah Benkirane n’a pas demandé un arbitrage royal vient de prendre fin puisqu »il décidé de ne plus en parler autrement dit il approuve le geste d’Akhanouch.

Apparemment, le chef de gouvernement ne voulait plus faire de vagues alors qu’il avait encouragé précédemment les députés de son parti du PJD au parlement de tout faire pour biffer le nom d’Akhanouh quitte à bloquer le vorte sur la loi de finances et ouvrir la voie à une crise politique entrant directement en conflit avec le palais. Cette marche arrière reste une mauvaise chose pour l’image de Benkirane auprès de ses fidèles aujourd’hui et constitue un lourd discrédit, renforçant le poids au passage de son ministre de l’agriculture qui restera ministre de l’agriculture dans le prochain gouvernement quelque soit le parti qui le dirigera pour continuer à gérer le Fonds de Développement du Monde Rural. Il est vrai qu’il prouve bien sa réputation de joker du palais.

Par Jalil Nouri

Commentaires