PARTAGER
Alors que le RNI n’a pas encore eu son ticket d’entrée dans le prochain gouvernement, son chef, Aziz Akhanouch, de reprendre les mêmes amabilités que son prédécesseur, Salaheddine Mezouar avec les islamiste du PJD. Surtout avec leur chef, Abdelilah Benkirane, qu’Akhanouch  accuse ouvertement de mensonges concernant leurs tractations censées de plus rester secrètes jusqu’à la conclusion d’un accord définitif sur la participation du RNI dans le prochain gouvernement.
Une participation remise en cause en raison des conditions posées par Akhenouch et son parti pour ne pas jouer le rôle de cinquième roue de la charrue et se contenter d’une présence diminuée en comparaison avec le précédent gouvernement.
Sachant que le premier ministre désigné, Abdelilah Benkirane ne peut se passer de la participation au gouvernement, Akhenouch use et abuse de cette faiblesse du leader islamiste afin de le contraindre à un maximum de concessions. Pour l’instant, les canaux de communication entre les deux hommes sont littéralement coupées, mais gageons que ce ne sera pas pour longtemps, Benkirane étant pressé d’en fnir avec les tractations et surtout remettre sa copie finale au roi après la COP.

Commentaires