PARTAGER

Après plusieurs années passées en tant que ministre dans plusieurs gouvernements à la tête du départements de l’agriculture^et la pêche maritime, Aziz Akhenouch dont le groupe privé Afriquia reste le principal opérateur dans le secteur de la distribution de carburant et qui est resé loin de ses affaires durant son mandat vient de conduire son parti, le RNI, vers une crise sans précédent qui peut mener le gouvernement à sa fin. Le contentieux avec le parti islamiste du chef du gouvernement, El Othmani, qui vient d’éclater au grand jour, est en lien avec une commission d’enquête sur les pratiques commerciales et la fixation des tarifs des carburants suite à des plaintes pour entente entre les opérateurs, mise sur pied à l’initiative des députés du PJD. Cette commission n’arrive toujours pas à entamer son travail en raison des obstacles posés par les députés du parti du ministre Akhenouch, soupçonné lui-même d’en être à l’origine, pour préserver les intérêts de son groupe et ceux de sa famille. Depuis, les accrochages entre les deux partis sont devenus très fréquents au parlement alors que les deux formations sont alliées au sein du gouvernement pour donner lieu à des échanges très vifs et à une grève verbale illustrée par la sortie du ministre de la justice, Aujjar, très proche d’Akhanouch, qui s’est fendu de cette formule assassine à propos du gouvernement dont il fait pourtant partie: le PJD gouverne pendant cinq jours par semaine et fait de l’opposition les week-ends.

Le duel ne fait que commencer et il promet, car tous les coups seront permis entre les deux partenaires.

Commentaires