PARTAGER

Nouvelle sortie tranchante du chef du RNI, Aziz Akhenouch , pour enfoncer le clou et rendre ses négociations avec le chef du gouvernement désigné, Abdelilah Benkirane quasiment impossibles, comme s’il voulait le pousser à la démission.

Akhanouch a réduit à zéro tous les progrès enregistrés, mêmes minimes, en déclarant que son parti ne pourrait faire partie du prochain gouvernement si la porte continuait à être fermée au parti de l’USFP, dont Benkirane ne veut plus entendre parler. Ainsi dit, il est aisé d’en conclure que le patron du RNI est sur le point de quitter les négociations et de l’annoncer au leader du PJD qui verra sa tâche impossible de se poursuivre et déclarera ainsi forfait en annonçant son retrait au roi. C’est un coup de massue pour Benkirane qui pensait être arrivé au bout de ses peines et s’apprêtait à annoncer une issue favorable à ses tractations avec ses partenaires au souverain dès son retour de sa tournée africaine puisqu’il disait il y a peu que l’heure de la délivrance avait sonné. Sauf que Aziz Akhenouch, pour des raisons que lui seul connait, voit les choses d’un autre œil et n’hésite plus à assumer la responsabilité d’un blocage de plus longue durée que prévu et n’a pas peur de conduire le pays à ne nouvelles élections qui pourraient couter cher en argent et en conséquences politiques.

Commentaires