PARTAGER

Alors qu’il semble traîner les pieds dans ses négociations difficile avec le chef du gouvernement désigné Abdelilah Benkirane en raison de divergences profondes tant sur le fond que la forme de la composition du futur gouvernement, Aziz Akhenouch apparait plus que jamais, comme l’homme providentiel qui pourrait éviter au pays, une crise politique.

Déjà, il est soupçonné par certains d’être à l’origine des allusions du souverain dans le discours de la « Marche Verte » à la manière peu « professionnelle » avec laquelle sont conduites actuellement les tractations marquées par les marchandages et le parti pris des leaders politiques plus intéressés par les portefeuilles ministériels que par l’intérêt général, on ne peut qu’en convenir.

Quand on sait la proximité de l’actuel ministre de la pêche et de la marine marchande avec le souverain, il n’y a rien d’étonnant à cela, tout comme il ne serait pas étonnant de le voir jouer au pompier et à l’homme providentiel si le leader islamiste et chef du PJD, Benkirane échoue dans sa mission et remet son tablier si son gouvernement n’est pas constitué à temps.

Le roi pourrait appeler alors à la formation d’un gouvernement intérimaire d’union nationale avec Akhenouch à sa tête en attendant la tenue de nouvelles élections. Nous n’y sommes pas encore mais tout  est possible en politique.

Commentaires