PARTAGER

Selon LE DESK, un mouvement d’épuration sans précédent lancé ce soir par le prince héritier saoudien Mohammad ben Salmane visant à se débarrasser de la vieille garde au pouvoir : vingts dignitaires ont été mis aux arrêts. Pour nombre d’observateurs proches du dossier, l’arrestation de l’homme d’affaires saoudien Walid ben Talal, ainsi que l’éviction du ministre de l’Economie et de la Planification Adel al-Faqieh, du ministre de la Garde nationale Met’ib ben Abdallah ne sont qu’un début.

Dix princes et des dizaines d’ex-ministres saoudiens ont été arrêtés dans le pays dans le cadre d’une enquête sur la corruption, rapporte Al Arabia. Parmi ceux arrêtés, le prince Al-Walid bin Talal, l’une des personnes les plus riches du monde, connu au Maroc pour être le cousin du prince Moulay Hicham.

Le Comité contre la corruption, dirigé par le prince Mohammed bin Salman (MbS), a décidé de rouvrir l’affaire des inondations de 2009 et de celle dite du “syndrome respiratoire du Moyen-Orient”  (MERS), au cours desquelles des arrestations ont été effectuées. Le Comité enquête également sur des cas de blanchiment d’argent et de corruption dans les accords de vente d’armes.

Ces évictions semblent s’inscrire dans le cadre d’une stratégie portée par le prince héritier saoudien Mohammad ben Salmane et visant à se débarrasser de la vieille garde au pouvoir.

Plus tôt, deux décrets royaux avaient été publiés, dont l’un relevait de ses fonctions le ministre de l’Economie et de la Planification, Adel al-Faqieh. Il est remplacé par Mohammed al-Tuwaijri.

Selon le second décret royal, le ministre chargé de la Garde nationale, Met’ib ben Abdallah, a également été démis de ses fonctions et remplacé par Khaled ben Ayaf.

Le roi saoudien a également démis de ses fonctions le commandant en chef de la marine saoudienne, Abdallah Sultan, qui est remplacé par Fahd el-Ghufaili.

Pour nombre d’observateurs proches du dossier, l’arrestation de l’homme d’affaires saoudien al-Walid ben Talal, ainsi que l’éviction du ministre de l’Economie et de la Planification Adel al-Faqieh, du ministre de la Garde nationale Met’ib ben Abdallah ne sont qu’un début.

Source : LE DESK

 

Commentaires