ALERTE : LA COCAÏNE SE BANALISE A TRAVERS LE PAYS

ALERTE : LA COCAÏNE SE BANALISE A TRAVERS LE PAYS

408
0
PARTAGER

Les circuits utilisés par les trafiquants semblent avoir changé puisque cette marchandise de qualité supérieure ne venaient pas du nord du royaume connu pour être un grand centre de transit, ni de l’aéroport Mohammed V où plusieurs prises ont été réalisées ces derniers mois, mais d’une origine inattendue, à savoir la ville d’Agadir, peu connue pour servir de base d’acheminement de cette drogue par la mafia spécialisée. Les regards se tournent d’ores et déjà et alors que l’enquête vient de commencer, vers le port de cette ville qui accueille des navires en provenance de différentes parties du monde et particulièrement de pays producteurs de poudre blanche.

Le deuxième enseignement est que le fait qu’une telle quantité soit destinée à la consommation de la seule ville de Marrakech, prouve qu’un marché y existe encouragée par la présence des milliers de fortunés membres de la jet-set internationale et des autres touristes noceurs qui affluent par millions vers la ville ocre connue pour son animation nocturne et la liberté sexuelle qui y règne.

Le trafic de la cocaïne se fait à découvert dans des discothèques réputées et autres bars ou la marchandise est écoulée et sniffée dans les toilettes en toute impunité. Des professionnelles du sexe sont souvent utilisées par les réseaux mafieux pour dealer dans les soirées auxquelles elles sont conviées. Il est tout à fait légitime de se demander si cette ville ne va pas voir son image salie si elle prend le relais de celle de Tanger connue pour abriter depuis toujours les plus grands barons de la drogue qui y ont fait fortune grâce au cannabis mais également à la cocaïne depuis qu’ils ont commencé à échanger leur haschisch contre la poudre blanche pour ne pas avoir à blanchir l’argent récolté. Tous se sont convertis à ce système qui leur a permis de monter de vraies structures dédiées pour approvisionner régulièrement dans des villes comme Casablanca, Rabat ou Fez des clients issus de milieux très aisés en cocaïne, eux seuls pouvant s’offrir cette drogue à raison de 600 dirhams le gramme en moyenne, entre 300 et 400 dirhams pour une qualité moindre. Dans ces villes, les endroits huppés et les dealers sont connus, les adeptes n’ayant qu’à s’échanger les adresses et les numéros de téléphones pour passer commande.

Le résultat de cette propagation est telle qu’aucune ville touristique n’est épargnée par ce fléau avec des trafiquants de plus en plus créatifs pour introduire et commercialiser la marchandise et en face, des forces de répression de ce trafic grandissant aux moyens limités.

Actu-maroc.com ________________________________________________________

Commentaires