Alger : l’opposition appelle à de nouvelles manifestations

Alger : l’opposition appelle à de nouvelles manifestations

237
0
PARTAGER

A Alger, les manifestants, repoussés et dispersés par la police, promettent de revenir exprimer leur colère tous les samedis

D’importantes forces de sécurité et des dizaines de véhicules blindés ont repoussé samedi les manifestants venus exprimer à Alger leur volonté de faire tomber le pouvoir en place. Aux cris de «Pouvoir assassin» ou de «Vive l’Algérie libre et démocratique», les opposants au régime ont à nouveau promis de revenir tous les samedis manifester leur colère. Il s’agissait samedi de la deuxième mobilisation de ce type en huit jours.

Environ un millier de manifestants ont été bloqués dans une rue adjacente au lieu de rendez-vous par un cordon de policiers. La manifestation de la semaine passée avait été bloquée de façon similaire. Mais quelque 200 personnes ont néanmoins réussi à atteindre la place du 1er-Mai à l’appel de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD). Les manifestants ont scandé «Algérie libre et démocratique», «Pouvoir assassin» ou «Le peuple veut la chute du régime».

Alors que les différentes sources faisaient état d’un rassemblement moins violent que samedi dernier, un député du parti Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Tahar Besbes, a été blessé pendant un affrontement avec la police. Il a été «agressé par au moins deux policiers», a affirmé le chef du groupe parlementaire du RCD. «L’un d’eux lui a donné un coup de pied au ventre et un autre au visage. Il s’est écroulé à terre et sa tête a heurté le sol». Tahar Besbes «souffre d’un traumatisme crânien avec perte de connaissance, d’un polytraumatisme très probablement de plusieurs membres. La direction de la protection civile d’Alger a affirmé de son coté que Tahar Besbas n’avait «absolument rien» et qu’il avait été pris d’un malaise. Il y aurait également eu une dizaine d’autres manifestants blessés, selon la CNCD.

Face aux contestataires, une vingtaine de jeunes gens favorables à Abdelaziz Bouteflika brandissaient des portraits du président en scandant : «Policiers, laissez-nous en découdre avec eux».

La CNCD, constituée de membres de la société civile et de syndicats autonomes, a été créée le 21 janvier dans la foulée des émeutes meurtrières du début de l’année en Algérie qui ont fait 5 morts et plus de 800 blessés.

 

lefigaro.fr______

 

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires