PARTAGER

La dernière tournée du roi Mohammed VI en Afrique marquée par des visites aux pays proches de l’Algérie ont fortement déplu dan la capitale au point qu’une contre-offensive est à l’étude pour stopper net les avancées réalisées par Rabat. Et c’est la signature de l’accord entre le Maroc et le Nigeria pour le projet de réalisation d’un gazoduc gazier reliant les deux pays qui semble être le coup qui a fait le plus mal à une Algérie qui avait pour ambition de concrétiser un projet similaire.
Pour mettre fin aux pertes sèches aussi bien au niveau diplomatiques qu’économiques avec des états africains qu’elle jugeait fidèles mais qui lui ont finalement fait faux bond en scellant des partenariats avec le royaume, l’Algérie semble avoir senti le danger de l’offensive marocaine et décidé de réagir en lançant des messages par le biais de personnalités proches du pouvoir.
Ce qu’il faut retenir de ces messages qui insistent tous sur la nécessité d’une refonte de la diplomatie algérienne qui devra être plus « économique », c’est qu’il y a une urgence à contre-carrer l’offensive marocaine avec une plus grande réactivité et une veille stratégique.
Il faut comprendre par là, que le contrat gazier entre le Maroc et le Nigeria, préparé dans le plus grand secret, restera une pilule amère que le pouvoir algérien aura bien du mal à avaler et pour longtemps encore.

Commentaires