Algérie: marches et rassemblements « pour changer le système », les manifestants fin prêts...

Algérie: marches et rassemblements « pour changer le système », les manifestants fin prêts , la police aussi

319
0
PARTAGER

Plusieurs marches ou rassemblements sont prévus à travers le pays, mais à Alger, les forces de police, venues en nombre -entre 25.000 et 30.000 selon la presse-, étaient visibles dès vendredi.

 

Les barrages de police installés aux entrées de la capitale depuis les attentats suicides d’avril et de décembre 2007, revendiqués par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), ont été également renforcés.

Une manifestation, organisée semble-t-il à la dernière minute pour saluer la chute du président égyptien Hosni Moubarak, devant le siège du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD, opposition) vendredi à Alger a été interrompue par un cordon de policiers qui ont poussé les militants à l’intérieur et procédé à une dizaine d’interpellations.

Le marche d’Alger n’a pas reçu d’autorisation en vertu d’une interdiction en vigueur depuis 2001. Les manifestants ont néanmoins rendez-vous à la Place de la Concorde (plus connue sous son ancien nom de Place du 1er Mai) à 11H00 pour se rendre à la Place des Martyrs aux pieds de la Casbah et à l’entrée de Bab el Oued, théâtre traditionnel de la révolte.

A Oran, à 430 km d’Alger, la wilaya a refusé l’autorisation de manifester. Mais la CNCD maintient son mot d’ordre et appelle à un rassemblement Place du 1er Novembre devant la mairie dans des tracts qu’elle distribuait jeudi encore dans cette grande ville de l’ouest algérien.

D’autres villes entendent aussi répondre à l’appel dont, sur la côte est, Boumerdes, Bejaïa, puis, au sud-est d’Alger Tizi Ouzou, principale ville de Kabylie, et à l’ouest, Tipaza, notamment.

Enfin dans la principale ville de l’est algérien, Annaba, des tracts appelant les citoyens à participer à la marche ont été interceptés par les forces de l’ordre ces derniers jours. Une source policière les a qualifiés de « démoralisateurs » et de menace pour la sécurité des biens et des personnes.

La CNDC a été créée le 21 janvier par des partis d’opposition, la société civile et des syndicats autonomes, dans la foulée d’émeutes du début de l’année qui ont fait 5 morts et plus de 800 blessés.

AFP

_____________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires