Algérie : un grand rassemblement anti-gaz de schiste à Ouargla

Algérie : un grand rassemblement anti-gaz de schiste à Ouargla

444
0
PARTAGER

Un grand rassemblement a été organisé, samedi, dans la ville de Ouargla (sud-est d’Algérie) en signe de protestation contre l’exploitation du gaz de schiste qui a déclenché un vaste mouvement de protestation parmi les populations locales, rapportent les médiaux locaux.

Les participants à ce mouvement auquel ont participé des chefs de partis de l’opposition ont brandi des banderoles réclamant « l’arrêt immédiat » de l’exploration en cours de ce type de gaz non conventionnel en raison des « risques majeurs » que son exploitation fait peser sur l’environnement.

Des responsables de la coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique étaient présents à l’image du chef du RCD, Mohcin Belabbès, celui de Jil Jadid, Soufiane Djilali.

Depuis le début de l’année, plusieurs actions sont organisées en Algérie en particulier dans la commune d’In Salah où a été inauguré le premier puits expérimental.

Les habitants de cette région, qui affirment inscrire leur mouvement dans la durée, formulent de nombreuses inquiétudes quant aux effets néfastes du gaz de schiste sur la santé publique et l’environnement

En plus des craintes relatives aux effets néfastes tant sur la santé publique utilisation de certains fluides chimiques décrits comme cancérigènes- que sur l’environnement (nappes phréatiques), les populations du Sud sont tout particulièrement inquiètes de l’impact du gaz de schiste sur les rares ressources hydriques de leur région.

Un forage de schiste nécessite des quantités d’eau encore plus grandes qu’un puits classique. Or, la région est très pauvre en cette denrée vitale et dépend exclusivement des eaux souterraines. Elle serait exposée à un stress hydrique aigu, au cas où Sonatrach met à exécution ses plans de 200 forages par an pour une production de 20 milliards M3 de gaz.

Pour compenser la baisse drastique des prix du pétrole, l’Algérie compte investir dans le gaz du schiste en dépit de l’opposition des populations, des experts et des écologistes.

Commentaires