Allocution d’Othman Benjelloun chez Bank Al-Maghrib

Allocution d’Othman Benjelloun chez Bank Al-Maghrib

367
0
PARTAGER

 

Elle l’est d’autant que vous avez choisi, Monsieur le Gouverneur,  de rassembler vos partenaires institutionnels, les membres du Conseil de Bank Al Maghrib ainsi que les représentants d’autres banques centrales et institutions internationales, afin de réfléchir sur la ‘’Responsabilité Sociale des Banques et des activités du Secteur Financier.’’

Nous sommes d’autant plus honorés d’y prendre part que le GPBM et les banques, individuellement, sont très engagés en faveur de :

- la lutte contre la pauvreté, à travers leur participation active aux actions menées par la Fondation Mohammed V pour la solidarité;

- ainsi que la protection de l’environnement aux côtés de la Fondation Mohammed VI dont l’impact des programmes et le rayonnement sont exemplaires au Maroc et dans la Région.

Par ailleurs, les banques marocaines sont parties prenantes dans d’autres initiatives telles que la Fondation pour l’Education Financière qui regroupe, autour de programmes ambitieux, la Banque Centrale et le GPBM aux côtés, des Ministères de l’Education Nationale et des Finances, la Bourse de Casablanca, le Patronat marocain et le régulateur boursier, CDVM.

Les premières actions de cette Fondation en faveur de « l’inclusion financière et le recours aux services financiers avec responsabilité », auront un impact de plus de plus marquant à l’issue des programmes de sensibilisation  et d’éducation financière qu’elle mène en les adaptant aux divers segments de la population, parmi lesquels les Jeunes et les femmes,  ainsi qu’en termes de développement de compétences pour l’acquisition de capacités permettant d’assumer des décisions et des risques financiers.

Individuellement, Excellences, Mesdames et Messieurs, chaque banque au Maroc – BCP, AttijariWafabank, CIH, CNCA ainsi que Société Générale, Crédit du Maroc, BMCI  outre BMCE Bank-, assument leurs politiques et actions de RSE.

Elles œuvrent ainsi en faveur du  soutien au tissu des TPE et PME, à la création d’entreprise, en faveur du  Microcrédit, a   la bancarisation des Low Income, la promotion de l’Education,  de la Culture et de l’Art, le Sponsoring et le Mécénat,  la gestion responsable et engagée de leur Capital Humain ou encore la maîtrise des impacts environnementaux, directs et indirects des actions qu’elles mènent.

Dans ce paysage, une banque se singularise car elle a engagé une démarche RSE structurée, basée sur  un référentiel international, l’ISO 26 000.

En effet, des l’année 2000, le Groupe BMCE Bank a souscrit à la Déclaration du Programme des Nations Unies pour l’Environnement, UNEP-FI. En 2010, il   adopta les Principes de l’Équateur et obtint depuis, la certification  environnementale ISO 14001.

Le Groupe BMCE Bank est également, depuis une quinzaine d’années, engagé, à travers la Fondation BMCE Bank pour l’Education et l’Environnement, dans une cause à fort impact sociétal.

Il s’agit d’un programme éducatif novateur en termes architectural et pédagogique, ayant reçu de nombreuses distinctions prestigieuses au Maroc et à l’étranger : le programme MedersatCom de construction et de gestion d’écoles communautaires dans le milieu rural au Maroc et en Afrique subsaharienne, Sénégal, Mali et Congo Brazzaville.

A cet effet, BMCE Bank dote, chaque année, sa Fondation de l’équivalent de  4% de son Résultat Brut d’Exploitation.

Cependant, c’est, ensemble, en concertation et intelligence entre elles, que nos banques devraient regarder vers :

- l’Avenir de l’environnement dans lequel elles opèrent;

- l’Avenir économique de leur pays -le Maroc- qui est tributaire de la mise en œuvre réussie des grandes stratégies économiques nationales,

- notamment celle, impulsée par le Souverain, qui fut entamée par l’adoption d’une Charte Nationale de l’Environnement et du Développement Durable et donna lieu au vote d’une Loi-cadre mettant en place un système de fiscalité environnementale.

- celle qui vise, ultimement, à promouvoir « l’Economie verte » porteuse de nouvelles opportunités de création de valeur économique et sociale.

Le rôle du secteur bancaire sera décisif pour la réussite de cette « nouvelle révolution industrielle’ en exerçant sa Responsabilité Sociale de Banque.

Pilier de l’économie marocaine, il est appelé, dans ce domaine de la RSE comme il a su le faire dans d’autres, à faire preuve d’exemplarité.

Il a vocation à répliquer, à l’extérieur des frontières, ce qu’il entreprit au Maroc avec succès, notamment, dans les pays où il mène une politique ambitieuse d’expansion et de bancarisation.

C’est au nom de ces considérations, Mesdames Messieurs, que nous voudrions maintenant faire part de six propositions :

(1) La première proposition est que les banques au Maroc adoptent une démarche RSE coordonnée.

Coordonnées, les démarches RSE le sont dans plusieurs pays de par le monde, en Europe, en Chine, Inde, Brésil puis dans quelques pays d’Afrique avant-gardistes dans ce domaine, le Nigeria, l’Afrique du Sud et le Kenya.

- Soit la démarche RSE est le fait des Associations de Banques,

- soit elle est issue de la réglementation édictée par la Banque Centrale.

-Pour notre part, nous recommanderions  que la démarche RSE au Maroc puisse revêtir :

- cette dimension volontaire portée par l’Association représentative des banques, le GPBM

- et une dimension partenariale entre les banques et Bank Al Maghrib.

(2) La seconde proposition  est relative à l’inclusion dans les critères de notation annuelle des banques par Bank Al Maghrib, des domaines de la RSE.

Certes la Banque Centrale ‘’instille’’, d’ores et déjà,  progressivement, à travers ses Directives et Circulaires, quelques uns des axes de la RSE, comme  la Gouvernance, la protection des consommateurs ou la loyauté des pratiques (protection des consommateurs, délits d’initie, gestion des conflits d’intérêt…).  Il y aurait mérite que ce signal important de promotion de la RSE soit donné, lors de l’exercice annuel d’évaluation des politiques et des performances que mène la banque centrale auprès de chacune des banques marocaines.

(3) La Troisième proposition est qu’en termes de communication sur les politiques, les risques et les résultats  afférents à la RSE, les banques adoptent un Reporting standardise. Ce Reporting devra, pour davantage de lisibilité et de crédibilité, être base sur des référentiels internationaux tels que le Global Reporting Initiative.

(4) Notre quatrième proposition vise à renforcer la démarche coordonnée RSE au Maroc, telle qu’avancée dans la première proposition.

Il s’agirait que la banque centrale rejoigne un Réseau intitulé  » Sustainable Banking Network », c’est-a-dire un groupe informel et exclusif,  composé d’une douzaine de régulateurs, afin de partager les connaissances capitalisées parmi ses membres.

Le Sustainable Banking Network – S.B.N. – devrait pouvoir accélérer l’apprentissage collectif de ses membres, notamment pour l’élaboration de politiques de financement durable. Cette adhésion au Réseau SBN serait une première dans  la région du Maghreb et du Moyen Orient.

(5) Notre cinquième proposition est, sur la base de la démarche RSE coordonnée parmi les banques marocaines, de co-construire  une démarche harmonisée en Afrique.

- L’Afrique et ses territoires qui ont, aujourd’hui plus que jamais, besoin qu’on en préserve la biodiversité et les ressources.

- L’Afrique où les impacts aussi bien directs qu’indirects de l’action des banques, se font ressentir davantage qu’ailleurs, compte tenu des opportunités et des enjeux de croissance multidimensionnels de leurs économies.

Ce serait l’occasion, pour le Maroc, d’affirmer son leadership et son esprit fédérateur tout en associant l’expertise et l’expérience des organismes financiers multilatéraux.

Excellences, Mesdames et Messieurs

(6) La sixième proposition serait une initiative d’envergure. Elle représenterait l’épine dorsale de la démarche RSE marocaine.

A l’instar de BMCE Bank qui avait pris une telle décision dès 2000, chaque banque prélèverait un pourcentage de son Résultat Brut d’Exploitation, afin de doter ses programmes d’actions de Responsabilité Sociale d’Entreprise.

Ainsi, avec l’appui du Régulateur et des autorités gouvernementales outre les partenaires internationaux, la démarche RSE du Maroc ferait  ‘’école’’ en Afrique et ailleurs de par le monde.

Monsieur le Gouverneur,

Messieurs les Présidents,

Excellences, Mesdames et Messieurs,

L’ensemble de ces propositions reflètent, en définitive, l’intime conviction  par rapport au rôle nodal de la Responsabilité Sociale des banques.

Compte tenu des enjeux nationaux, régionaux et mondiaux de préserver l’environnement et les écosystèmes, en raison de l’impérieuse nécessité de voir prévaloir une bonne Gouvernance, de  protéger les Droits Humains dont ceux du consommateur, de promouvoir  l’égalité des genres et une loyauté des pratiques, la RSE des banques se trouve dans le génôme de leurs activités.

Au-delà de toute action de communication interne et externe, de mécénat ou de philanthropie, dans l’intérêt bien compris des institutions bancaires et financières, de leurs actionnaires et parties prenantes en même temps que des pays où elles opèrent, l’exercice de la Responsabilité Sociale des Banques est une nécessité pour la performance et la qualité, la soutenabilité et la pérennité de leurs actions et de leur rayonnement.

Je vous remercie.

Actu-maroc.com ____________________________

Pour rejoindre la page facebook de votre journal actu-maroc.com, d’autres informations vous attendent, aimez la page en cliquant sur le lien ci-après:  https://www.facebook.com/pages/Actu-Maroccom/107076616014235?ref=ts&fref=ts

 

Presse Actualité journal Maroc marocaine infos news Rabat Casablanca Marrakech Agadir Fés Tanger horaires de prière Agression voilée

faits divers politique économie accident cnops ministère ambassade cnss police douane trafic drogue prostitution pédophilie

Commentaires