Amal Ahamri, une jeune femme tentée par le baroud de la fantasia

Amal Ahamri, une jeune femme tentée par le baroud de la fantasia

659
0
PARTAGER

-par Rajaa El Moueden-

Elle exhibe avec fierté sa médaille d’or remportée en 2008 aux épreuves du Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels (Tbourida).

J’ai appris à monter à cheval à l’hippodrome de Kénitra, confie-t-elle à la MAP, précisant que dès son jeune âge, elle aimait les chevaux et sa mère le lui rendait bien en acceptant de parrainer sa troupe de 13 jeunes filles qui ont appris, à la manière des hommes, à se lancer en parfait équilibre sur leurs montures harnachées, ventre à terre, fusil dans une main et bride dans l’autre pour décharger, en fin de course, leurs armes devant la grande tente dressée à l’occasion des grands événements.

Amal comme le Raiss de la Serba, lance à chaque charge de sa cavalerie son cri strident pour donner le rythme à sa troupe, coordonner son mouvement et synchroniser la salve de baroud de l’apothéose. Sa ténacité et son sens du défi, dit-elle, l’ont poussée à créer l’Association Annour de fantasia traditionnelle pour ensuite tenter l’aventure de disputer aux hommes leur  » jeu de poudre « .

Elle porte une affection particulière à sa monture qui symbolise pour elle la force de l’endurance et le sens du sacrifice. Amal croit dur comme fer que seules la compétence et la passion de bien faire constituent la clef de la réussite.

Elle estime que la femme est capable de biens de prouesses si elle arrive à se libérer des handicapes du passé. Amal Ahamri qui arrive bien à concilier entre ses études universitaires en troisième année des lettres anglaises et son amour pour l’équitation, rêve de fonder une école pour enseigner aux jeunes les techniques de l’équitation et de la tbourida.

Elle déborde d’ardeur quand elle parle de son hobby et exprime sa détermination de continuer à pratiquer ce sport et à tout faire pour sa promotion et sa préservation en tant que patrimoine populaire.

Toutefois, Amal déplore avec un long soupir le manque de moyens et d’encouragements pour mener à bien son projet. L’espoir lui revient cependant quant elle évoque les réformes et les grands chantiers initiés au Maroc sous le règne de SM le Roi Mohammed VI et qui ont ouvert la voie à un développement économique et social sans précédent et l’accession de la femme à de hauts postes de responsabilité.

 

_____

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires